Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Plongée au coeur du cerveau

mercredi 16 mai 2018 à 19:53 Par Gérard Fourgeaud, France Bleu Isère

Guérira-t-on, un jour, la maladie de Parkinson ou l'épilepsie ? A défaut de guérison, les équipes de Clinatec, sur la presqu'île scientifique de Grenoble, travaillent actuellement à ralentir la maladie ou à la Gérard Fourgeaud a visité cette clinique du futur dans l'enceinte du CEA , ce mercredi

Esai sur la maladie de Parkinson
Esai sur la maladie de Parkinson - GF

Grenoble, France

30% des épileptiques sont résistants aux médicaments et on sait que le froid, appliqué au cerveau est un remède contre l'épilepsie. D'où l'idée des chercheurs d'installer un implant au coeur du cerveau pour rafraichir une certaine zone au cours d'une crise.
Ca marche pour les souris et les singes. L'équipe du professeur Stéphan  Chabardés, un neuro-chirurgien, travaille sur ce problème depuis  plusieurs années à Clinatec avec les chercheurs du CEA .

Faire reculer Parkinson et l'Epilepsie

Si un jour on résout cette question, ce sera le fruit de la coopération entre médecin, biologiste et ingénieur.  

Placer un implant profondément dans le cerveau est une technique mis au point à Grenoble d'il y a 30 ans par le Pr Benabid. Aujourd'hui ce dernier  attend depuis 18 mois le feu vert, de l'agence nationale de santé et du médicament,  ainsi que du comité d'éthique pour lancer des essais cliniques sur la maladie de Parkinson, pour poursuivre la recherche sur des être humains, après la souris, les rats et les singes.
Cela dépend d'une autorisation des instances nationales dont le professeur Benabid trouve qu'elle tarde un peu. Il s'interroge d'un point de vue philosophique sur la lourdeur des dossiers à fournir pour avoir une telle autorisation.