Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Plus de 1000 manifestants contre la fermeture annoncée de la maternité de Bernay

samedi 21 avril 2018 à 21:06 Par Sixtine Lys, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

"Des bébés, à Bernay !" Personnel de l’hôpital, élus, et habitants de Bernay ont manifesté dans les rues pour protester contre la fermeture annoncée de la maternité de Bernay. Fermeture décidée par l'ARS car elle coûterait trop cher, et ne pratiquerait pas assez de naissances chaque année.

Dans la foule, des élus, le personnel de l’hôpital, mais surtout beaucoup de parents et habitants de Bernay.
Dans la foule, des élus, le personnel de l’hôpital, mais surtout beaucoup de parents et habitants de Bernay. © Radio France - Sixtine Lys

Bernay, France

Des ballons roses et bleus , des poussettes,  et des pancartes pour protester. Céline est sage femme à la maternité de Bernay depuis 15 ans. "_Quand on est en urgence sur le point d'accoucher, on est content d'avoir une maternité à dix minutes de chez soi_. Mais ce n'est pas que pour l'accouchement. C'est aussi pour toutes les difficultés autour de la grossesse, pour les urgences gynécologiques..."

La conséquence, c'est que l'offre de santé sera de plus en plus éloignée

Avec la fermeture, la maternité la plus proche serait à une trentaine de kilomètres. L'autre préoccupation, ce sont les fermetures en cascade. Jean Hugues Bonamy, le maire de Bernay : "La conséquence, c'est que l'offre de santé sera de plus en plus éloignée. On a des populations qui sont fragiles, qui ont des gros problèmes de mobilité. C'est vraiment abandonner un territoire entier, donc c'est incompréhensible."

Une fermeture en octobre 2018

L'ARS a annoncé une fermeture pour octobre 2018. David Lecomte est secrétaire général du syndicat Force Ouvrière de l'Eure. "Que les choses soient claires, la seule chose que l'on attend et que l'on obtiendra, c'est le maintien de la maternité. Car si cette maternité ferme, c'est tout l’hôpital qui ferme. S'il faut qu'on couche ici pour que la maternité soit maintenue, on couchera ici."

La pétition contre la fermeture a déjà reçu 21 000 signatures.