Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : plus de 400 millions de masques périmés en stock au début de la crise

-
Par , France Bleu

Lors de sa conférence de presse jeudi, Edouard Philippe a indiqué que l'Etat a trouvé dans ses stocks plus de 400 millions de masques périmés au début de la crise du coronavirus, dont 160 millions ont été jugés réutilisables.

400 millions de masques périmés étaient dans les stocks de l'Etat au début de la crise. Si une partie a été détruite, plusieurs millions de masques ont pu être réutilisés.
400 millions de masques périmés étaient dans les stocks de l'Etat au début de la crise. Si une partie a été détruite, plusieurs millions de masques ont pu être réutilisés. © Maxppp - IP3 PRESS

Interrogé sur les informations du Monde parues la veille, selon lesquelles des millions de masques avaient été détruit en pleine épidémie, Edouard Philippe a indiqué que plus de 400 millions de masques périmés étaient dans les stocks de l'Etat au début de la crise. "Ce qu'il s'est passé, c'est qu'un certain nombre de masques qui avaient été commandés et stockés il y a fort longtemps avaient vu leur date de péremption dépassée, et parfois depuis très longtemps", a expliqué Edouard Philippe, durant sa conférence de presse, faisant allusion à des stocks datant du milieu des années 2000.

Des millions de masques finalement réutilisés

Mais le Premier ministre a également indiqué que 75 millions de masques chirurgicaux, pourtant périmés depuis décembre 2019, avaient finalement été gardés et utilisés : "quand vous les trouvez au printemps 2020, et qu'ils sont arrivés à péremption en décembre 2019, vous pouvez vous dire qu'il est peut être absurde de les détruire", a souligné le Premier ministre, précisant qu'ils avaient été testés par la Direction générale de l'armement (DGA) et l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).

85 autres millions de masques ont pu être récupéré. Mais ils seront utilisés "non pas comme masques chirurgicaux mais comme masques grand public", a indiqué Edouard Philippe. Les masques inutilisables sont au nombre de 280 millions, et "ont vocation à être détruits le moment venu", a conclu le Premier ministre. Devant l'Assemblée nationale, le ministre de la Santé Olivier Véran a même évoqué "des masques moisis, inutilisables". C'est selon le ministre ces masques "totalement hors d'usage" qui ont été détruits pendant la crise.

Le gouvernement avait indiqué en mars dernier disposer au total de 117 millions de masques chirurgicaux, alors que le stock était d'environ un milliard dix ans plus tôt.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess