Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Plus de garde de médecins pour dénoncer le doublement de la zone d'intervention dangereux pour les patients

-
Par , France Bleu Nord

Depuis un mois et demi, les généralistes du secteur de Fourmies font la "grève" des gardes de nuits, we et jours fériés pour dénoncer la décision de l'agence régionale de santé de doubler leur zone d'intervention.

Les DR Yves Dubuissez et Emilie Catry de la maison médicale de Trélon
Les DR Yves Dubuissez et Emilie Catry de la maison médicale de Trélon © Radio France - Rafaela Biry-Vicente

Fourmies

Dans le sud Avesnois déjà fortement touché par la désertification médicale, l'agence régionale de santé a décidé de doubler la zone d'intervention des médecins du secteur de Fourmies pour la fusionner avec ceux de Solre le Château. Résultat une zone qui peut faire jusqu'à 40km Aller/Retour, soit près d'une heure vu les petites routes du secteur, avec une zone de forêt de 12km où le portable  ne fonctionne pas partout, ce qui est problématique pour Emilie Catry, généraliste à la maison médicale de Trélon

on n'est pas joignable,  et s'il nous arrive quelque chose  on peut joindre personne et si la garde doit nous joindre, c'est pareil !

le reportage de Rafaela Biry-Vicente

Cette décision est donc inconcevable pour les 13 professionnels dont seulement 6 veulent ou peuvent faire des gardes de nuits, ou de we. Ils ont donc décidé d'arrêter les gardes pour alerter l'ARS sur le danger de cette décision pour les patients et les médecins selon le  Dr Yves Dubuissiez  président du pôle de santé sud avesnois

Le patient est en danger, le médecin est en danger c'est honteux ! on nous dit,  il y a des visites qui peuvent être reportées , un certificat de décès à 11h du soir qu'est-ce qu'on fait ? on y va pas ? on laisse une famille avec une personne décédée dans une maison en leur disant vous appellerez votre médecin lundi matin , c'est n'importe quoi !

Côté agence régionale de santé c'est silence radio depuis 1 mois et demi, l'ARS n'a jamais répondu aux courriers des médecins en colère. Les généralistes qui doivent se réunir mercredi soir pour voir s'ils poursuivent leur mouvement.