Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Plusieurs soignants de l'hôpital de Brive sans prime car ils ont contracté le coronavirus

-
Par , France Bleu Limousin

Pénalisés pour avoir contracté le coronavirus sur leur lieu de travail. Des soignants de l'hôpital de Brive, en Corrèze, ont bénéficié d'une prime de service annuelle réduite ou inexistante. Tout cela...car ils avaient dû s'arrêter de travailler à cause de la Covid.

La Covid n'étant pas encore maladie professionnelle, leur prime de service a été réduite
La Covid n'étant pas encore maladie professionnelle, leur prime de service a été réduite © Radio France - Nicolas Blanzat

Pour certains, ce fut une désagréable surprise. Pour le mois de novembre, une trentaine de soignants ou agents du centre hospitalier de Brive ont eu de l'argent en moins sur leur bulletin de paie. D'ordinaire, ils touchent leur prime de service, qui correspond quasiment à un treizième mois dans le privé. Mais, certains ont vu leur prime réduite. C'est le cas de Sonia, qui travaille au sein de l'Hôpital de Brive comme aide soignante. 

Touché par la maladie alors qu'ils travaillaient 

"J'ai touché 195 € en moins. Je n'ai pas compris au départ, j'ai cru que je n'avais pas touché l'augmentation" prévue par Olivier Véran, le ministre de la Santé. Mais, en fait, il ne s'agit pas de cela. Sonia a dû se mettre en arrêt-maladie au printemps. "Le troisième en 19 ans de service" raconte-t-elle. En cause : elle a été contaminée par le coronavirus dans le cadre de son travail. Un homme qu'elle soignait lui a transmis la maladie. Elle ira jusqu'à contaminer sa famille. "Ce n'est pas mon environnement familial, ou mes sorties avec mes copines" dit-elle qui l'a fait tomber malade. 

Pour Paul, la somme est plus importante. Cet aide-soignant remplaçant a perdu 700 euros, soit l'intégralité de sa prime. Il a perdu aussi la moitié de son salaire pendant cinq mois, la durée de son arrêt-maladie. Contaminé en mars, il est revenu au travail en août. Avec toujours d'importantes séquelles, comme "des maux de tête affreux, un asthme chronique, des acouphènes et toujours pas de goût ou d'odorat" 

"Je ne demande pas la lune, mais juste ce à quoi j'ai droit" - Paul, aide-soignant au CH de Brive (Corrèze)

34 agents touchés lors de la première vague, 90 lors de la seconde

Ce n'est pas nouveau cependant. La prime de service peut être réduite si les soignants se sont arrêtés pour maladie, sauf dans trois circonstances : un congé maternité, un accident du travail ou encore pour maladie professionnelle. Mais, le décret paru 14 septembre 2020 ne reconnaît pas la Covid-19 comme tel. Ou alors, dans des dispositions très particulières, "pour des agents avec des affections respiratoires aiguës et/ou décédés". Ce qui provoque la colère des syndicats.

"C'est scandaleux" explique Célia Legeard, secrétaire départementale Force Ouvrière Santé en Corrèze. "Les soignants qui ont contracté la maladie, malgré leurs séquelles, sont revenus travailler. Ce serait la moindre des reconnaissance" qu'ils puissent bénéficier de ce statut de maladie professionnelle. "Surtout que c'est le travail qui les a rendu malades".

Le syndicat Force Ouvrière Santé demande la reconnaissance pour les soignants touchés par la Covid

Force Ouvrière Santé a interpellé les députés de la Corrèze à ce sujet. La direction de l'hôpital de Brive, qui n'est pas mis en cause par les différents témoignages, n'avait pas encore répondu à nos sollicitations ce jeudi soir. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess