Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

PMA : "Avoir des enfants, tout le monde y arrivera, avec ou sans risques, il est donc urgent d'ouvrir la PMA à toutes"

dimanche 28 janvier 2018 à 22:40 Par Soizic Bour, France Bleu Alsace

Le 8e forum de la Bioéthique ouvre ce mardi à Strasbourg. Au menu, reproduction, parentalité et aide médicale à la procréation. La PMA qui a permis à Fanélie et Caroline, deux Alsaciennes, d'avoir deux enfants.

Fanélie et Caroline ont eu deux enfants, nés par PMA.
Fanélie et Caroline ont eu deux enfants, nés par PMA. © Radio France - Soizic Bour

Alsace, France

Ouverture ce mardi du 8e forum de la bioéthique à Strasbourg. Le thème pour cette année ? Produire ou se reproduire. On parlera donc de reproduction humaine, de loi bioéthique, de parentalité et d'aide médicale à la procréation. Justement, voilà maintenant six ans que Fanélie et Caroline, deux Alsaciennes, ont eu leur premier enfant, grâce à la PMA

Une PMA...en Belgique

Si le candidat Macron avait annoncé l'ouverture de la Procréation Médicalement Assistée à toutes les femmes en France, Fanélie et Caroline, elles, ont du aller en Belgique pour concevoir leurs deux enfants, Yael et Siméon, aujourd'hui âgés de six et quatre ans. 

Un parcours du combattant pour avoir des enfants

En 2009, quand les deux femmes se rencontrent démarre un véritable parcours du combattant : "C'est difficile, long et fastidieux puisqu'on répète des gestes contraignants avec les dates d'ovulation toujours en tête et quand c'est fait à 600 kilomètres et qu'on est la plupart du temps prévenu 24 heures à l'avance ça devient très mécanique et très fatigant", explique Fanélie, qui a porté les deux enfants. 

Les séries d'inséminations pour le premier enfant coûtent cher. "Si on cumule les transports et le suivi médical, on est pas loin de 5000 euros", souligne Fanélie. Pour le deuxième "ça a marché du premier coup", se réjouit la maman.

Caroline, Fanélie et leurs deux enfants : Yaël, 6 ans et Siméon, 4 ans. - Aucun(e)
Caroline, Fanélie et leurs deux enfants : Yaël, 6 ans et Siméon, 4 ans. - DR

Trou noir administratif

Vient ensuite le trou noir administratif : puisque le donneur est anonyme, les enfants n'ont qu'un seul parent selon l'état civil. Il a donc fallu que Caroline, la compagne de Fanélie, les adopte : "Si il arrivait quelque chose à ma compagne ou à moi, mes parents qui habitent à 600 kilomètres auraient pu récupérer la garde des enfants et les enlever à leur deuxième maman", argumente Fanélie.

"Le plus important, c'est la parentalité et que le projet parental soit cohérent"

Aujourd'hui, les deux mamans vont chercher leurs enfants à l'école du village, elles se heurtent à quelques regards en biais mais ne reçoivent que peu de critiques. Et alors que la Manif pour tous essaie de se relancer en dénonçant la PMA justement, pour Fanélie, il est impératif d'en faciliter l'accès en France pour ouvrir la parentalité aux couples de même sexe : "Le projet parental, c'est ça le plus important, et il doit être cohérent. C'est la question de savoir si on est capable où non d'élever correctement un enfant", note Fanélie. 

"Tout le monde arrivera à faire des enfants, d'une manière légale ou illégale, risquée ou non. Il faut donc faciliter l'accès à la PMA pour toutes les femmes". Fanélie

Rendez-vous dans vingt ans pour voir ce que nos enfants deviennent

"Nous instrumentaliser et nous dire qu'on est des mauvais parents, c'est ce qu'on a beaucoup entendu venant de la part de la Manif Pour Tous, que nos enfants étaient voués à la perte et à l'échec, donc rendez-vous dans vingt ans pour voir ce qu'ils deviennent".

"Bien sûr il y a besoin de réflexion et d'encadrement, mais avoir des enfants, tout le monde y arrivera, d'une façon ou d'une autre, illégale ou pas, risquée ou non. Les familles homoparentales existent depuis des années, les couples homos existent et faciliter l'accès à la PMA en France à toutes permettrait de régler des situations familiales extrêmement douloureuses", ajoute-t-elle.