Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Port du masque obligatoire à Perpignan : la mairie envisage de verbaliser à partir de la semaine prochaine

-
Par , France Bleu Roussillon

Ceux et celles qui ne portent pas leur masque dans certaines rues du centre-ville de Perpignan seront bientôt verbalisés. La mairie envisage de mettre les premières amendes à partir de la semaine prochaine, après une première phase de prévention.

Le port du masque est obligatoire dans certains secteurs du centre-ville de Perpignan depuis le 15 août.
Le port du masque est obligatoire dans certains secteurs du centre-ville de Perpignan depuis le 15 août. © Maxppp - Nicolas Parent

Après une semaine de prévention, place à la répression à Perpignan. Le port du masque est obligatoire dans certains secteurs de la ville depuis l'entrée en vigueur d'un arrêté préfectoral le 15 août. La mairie envisage de commencer les verbalisations à partir de la semaine prochaine.

Aucune exception, sauf cas spécifique

Les Perpignanais et les touristes auront eu une semaine pour s'acclimater au port du masque dans certains secteurs de la ville.  La mairie n'a pas voulu verbaliser tout de suite, elle a préféré faire de la pédagogie. "On n'est pas comme dans certaines villes où tout de suite il y a eu la répression après l'arrêté", souligne Christine Rouzaud-Danis, adjointe à la mairie en charge de la santé.

"Il faut laisser du temps au temps, il ne faut pas tout de suite entrer dans la répression." Christine Rouzaud-Danis, adjointe à la mairie de Perpignan en charge de la santé.

La décision de commencer plus tard les verbalisations a également été motivée par l'installation des panneaux d'affichage. Des affiches format A4 ont été installées de façon provisoire, mais elles sont très peu visibles des passants. "Nous sommes en train d'aménager des supports papier un peu plus grands qui seront prêts à la fin de la semaine, donc là on ne pourra pas dire qu'ils ne sont pas au courant", affirme Christine Rouzaud-Danis. Les nouveaux panneaux seront installés à l'entrée des rues concernées.

La police municipale et nationale va donc pouvoir commencer à verbaliser rapidement. L'adjointe à la mairie en charge de la santé affirme qu'aucune exception ne sera tolérée, seul des cas spécifiques comme des personnes avec des troubles cognitifs ou psychiatriques pourront échapper à l'amende. "Il faut rester quand même humain, on n'est pas dans un camp de militaires", précise Christine Rouzaud-Danis. Tout contrevenant s'expose à une amende de 135 euros.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess