Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Comment ces entreprises normandes prévoient la généralisation du port du masque

Le gouvernement réunit les partenaires sociaux, mardi 18 août, pour présenter les nouvelles règles concernant le port du masque en entreprise. En Normandie, certains acteurs sont déjà prêts.

L'obligation de porter un masque en entreprise devrait être élargie, mardi 18 août.
L'obligation de porter un masque en entreprise devrait être élargie, mardi 18 août. © Radio France - Noémie Lair

Une réunion est organisée ce mardi 18 août entre le gouvernement et les partenaires sociaux au sujet de la généralisation du port du masque en entreprise. Une question cruciale alors que "50 % des clusters sont dans des entreprises, médicales ou non médicales. Les hôpitaux, c'est environ 10 % des clusters, les établissements médico-sociaux, les Ehpad, c'est 20 % et les entreprises privées 20 %", a rappelé le chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière, Eric Caumes, sur France Info. Le médecin appelait alors à rendre le masque obligatoire dans tous les lieux clos, dont les entreprises privées. Et c'est sans doute ce vers quoi le gouvernement se dirige.

Aujourd'hui, le masque est obligatoire lorsque la distance entre les salariés n'est pas possible mais pourrait aussi le devenir "dans les salles de réunion où il n'y a pas d'aération naturelle et les espaces de circulation", a précisé la ministre du Travail, Elisabeth Borne. 

Se protéger sans geler l’économie

Pour Xavier Prévost, président de la Confédération des petites et moyennes entreprises de Normandie, oui il faut des règles mais il faut en même temps veiller à ne pas condamner l'économie. "La question de l'entreprise aujourd'hui doit répondre à trois impératifs : stopper la pandémie, ce qui est très important, protéger nos collaborateurs et toutes les personnes qui viennent dans nos entreprises et enfin, maintenir l'activité économique. C'est l'enjeu de demain. Mais c’est ce que nous faisons déjà, pour la plupart, avec les protocoles qui ont été mis en place au mois de mai."

Faut-il alors faire plus ? La patron de la CPME s'interroge : "Faire plus je ne sais pas mais peut-être faire encore. Parce que les nouvelles que l'on a en ce moment ne sont pas forcément bonnes donc probablement qu'il y a une prise de conscience qu'il faut maintenir et que les messages qui sont donnés maintenant sont là pour revigorer cette prise de conscience et faire en sorte que tous les citoyens, dont les entreprise et les salariés, soient très vigilants." 

Dans les entreprises, les stocks de protections sont prêts assure-t-il. Il espère surtout que la réflexion se fera secteur par secteur. "Est-ce que ces nouvelles règles vont être possibles dans les entreprises ? Est-ce que l'on va pouvoir, par exemple dans le bâtiment, travailler tout en ayant des masques ? La réponse doit être apportée au niveau des branches puisque les activités sont très différentes, très disparates."

Le masque est déjà généralisé dans certaines entreprises

Mais certaines entreprises ont pris les devants, comme la Matmut à Rouen, où le masque est déjà obligatoire dans tous les locaux, et ce depuis la fin du confinement. "Les personnes chez nous gardent leur masque dans les espaces de circulation, dans leur espace de travail, leur bureau et dans les salles de réunion, même si les distances de sécurité sont déjà respectées, explique Olivier Ruthardt, le directeur des ressources humaines. On a fait ce choix pour une raison de cohérence et de clarté parce qu'on a bien compris qu'à chaque fois qu'on touche le masque, il peut y avoir un risque."

La Matmut a aussi prévu un plan de rotation des effectifs et de télétravail en cas de reconfinement et a recommandé des masques. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess