Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

VIDÉO - Pour guérir du cancer du sein, les femmes traversent souvent un "parcours du combattant"

mardi 6 novembre 2018 à 10:31 Par Camille Labrousse, France Bleu Vaucluse

Ce mercredi 7 novembre et pendant trois jours, Avignon accueille un congrès consacré au cancer du sein et plus particulièrement au parcours de soin. Le directeur de l'Institut Sainte-Catherine, Daniel Serin, veut le rendre le plus fluide possible, pour aider les patientes.

Daniel Serin, directeur de l'Institut Sainte-Catherine à Avignon
Daniel Serin, directeur de l'Institut Sainte-Catherine à Avignon © Radio France

Avignon, France

Alors que le nombre de femmes atteintes du cancer du sein grandit chaque année, Avignon accueille trois jours de congrès consacrés à la maladie et à sa prise en charge. Le directeur de l'Institut Sainte-Catherine, Daniel Serin, invité France Bleu Vaucluse, parle lui de "parcours du combattant", dans certains cas. "Les soignants travaillent en silo, explique le médecin, chacun dans leur domaine, avec grande compétence. Le problème, c'est de mettre du lien pour que ce parcours qui pourrait être heurté devienne fluide, lisible, accessible pour les patientes."

"Parfois, la patiente est comme un bouchon sur des flots agités."

Selon lui, l'un des problèmes principaux est la variété des discours que peuvent entendre les malades et qui peuvent être responsables d'une "perte de confiance dans les soignants". "Entre les infirmiers, le chirurgien, le radiothérapeute, chacun peut avoir un discours différent. Quelle est la victime ? C'est la patiente. Qui doit-elle croire ? Il faut que ce soit coordonné et fluide. Tout ce qui peut interrompre cette fluidité, comme les délais pour prendre des rendez-vous, ne font pas perdre des chances de guérison mais donne le sentiment d'être perdu."