Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pour le biologiste jocondien François Blanchecotte, nous sommes encore très loin du déconfinement

-
Par , France Bleu Touraine

Malgré un taux d'incidence orienté à la baisse depuis une semaine en Indre-et-Loire, le jocondien François Blanchecotte veut rester très prudent quant à une véritable inversion de la courbe épidémique. Pour le président national du syndicat des biologistes, le déconfinement n'est pas pour demain.

A ce rythme, les conditions d'un véritable déconfinement sans risque de reprise épidémique ne sont pas attendues avant huit à neuf semaines
A ce rythme, les conditions d'un véritable déconfinement sans risque de reprise épidémique ne sont pas attendues avant huit à neuf semaines © Radio France - Valérie Mosnier

Responsable des laboratoires d'analyse médicale ABO+ en Indre-et-Loire et président national du syndicat des biologistes, François Blanchecotte était l'invité ce mercredi matin de France Bleu Touraine : 

" En Indre-et-Loire, le nombre de tests positifs diminue de 6%. On pourrait donc considérer qu'il s'agit là d'un léger fléchissement, sauf qu'en parallèle se développe des tests rapides en pharmacie qui eux ne sont pas comptabilisés. Donc en définitive, cette courbe ne baisse pas pour l'instant, du moins pas suffisamment. Et il faudrait entre huit et neuf semaines pour atteindre les chiffres d'optimisme du gouvernement c'est à dire moins de 5 000 cas positifs par semaine ce qui nous semble inatteignable pour l'instant.

Problème sur les tests antigéniques pas assez fiables chez les asymptomatiques

"Notre syndicat a demandé que les biologistes n'utilisent pas ces tests antigéniques. Si ce test a une performance accrue pour les patients qui présentent des symptômes, ce n'est pas le cas pour les asymptomatiques, car _vous risquez de passer à côté d'une personne sur deux_. On a fait une étude en Moselle où les tests antigéniques n'avaient dépisté que quatre patients positifs quand les tests PCR classiques en avaient trouvé 14". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess