Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences

Pour regoûter au sport, des Mayennais amputés essaient des prothèses d'athlétisme

-
Par , France Bleu Mayenne, France Bleu

Ce vendredi 22 novembre, le fabricant de matériel orthopédique Proteor a fait tester des lames d'athlétisme à huit patients Mayennais amputés d'une ou des deux jambes. Le but, leur faire découvrir de nouvelles sensations sportives.

Marche, tennis de table, badminton. L'objectif de la journée, selon Proteor : "Voir les patients sous un nouveau jour, et leur faire vivre des sensations nouvelles."
Marche, tennis de table, badminton. L'objectif de la journée, selon Proteor : "Voir les patients sous un nouveau jour, et leur faire vivre des sensations nouvelles." © Radio France - Simon de Faucompret

Chemin de la Blancherie, Laval, France

Jean-Louis est amputé des deux jambes. Mais cette fois, il a laissé ses prothèses classiques dans un coin de cette salle, en plein bois de l'Huisserie au sud de Laval (Mayenne). Le voilà en train d'avancer lentement, testant des lames d'athlétisme en fibre de carbone. Un outil spécialement conçu pour le sport par la société orthopédique Proteor. Ce vendredi 22 novembre, elle organise ce petit rassemblement pour faire essayer ces équipements bien spéciaux à leurs patients. Huit Mayennais se sont inscrits, quasiment aucun n'avait jamais essayé ces prothèses.

"Je me sens allégé, je ne boîte pas. C'est formidable !" - Marcel, un Mayennais inscrit à cette journée découverte des prothèses sportives.

"C'est une première", sourit Jean-Louis. "Et pourtant, je porte une prothèse depuis une cinquantaine d'années ! Je suis passé dans une machine, voilà. J'ai perdu les deux pieds" Comme beaucoup, il n'avait vu ces drôles de prothèses incurvées qu'à la télé, utilisées par des athlètes des Jeux paralympiques. "C'est ce qui m'a donné envie d'essayer", glisse-t-il.

Les prothèses classiques sont mises de côté, place aux lames en carbone, sans talon, tout en suspension ! - Radio France
Les prothèses classiques sont mises de côté, place aux lames en carbone, sans talon, tout en suspension ! © Radio France - Simon de Faucompret

Résultat ? "C'est assez agréable", juge-t-il en testant la suspension des lames. "Il y a davantage de sensations de rebond, d'amortissement. L'équilibre est différent !" Même observation pour Marcel, qui a perdu sa jambe droite il y a 45 ans dans un accident du travail. "La sensation est toute autre qu'avec la prothèse normale. Je me sens allégé, je ne boîte pas. C'est formidable !"

Pour le sport et les sensations

Tous sont venus "par curiosité", à l'invitation de Proteor. "Ça leur fait découvrir de nouvelles sensations, ça ouvre le champ des possibles", sourit Christophe Bignon, directeur régional de l'entreprise. Et quand marcher et trottiner, ça ne suffit plus, place aux choses sérieuses avec le badminton et le tennis de table !

Un budget de 3 000 euros sans prise en charge

Contrairement aux prothèses classiques, qui peuvent aller de 3 000 à 30 000 euros, ces lames d'athlétisme ne sont pas prises en charge. Et elles coûtent environ 3 000 euros. "C'est pour ça que je suis persuadé que personne n'en achètera après les tests", pronostique Mathieu Guéguen, responsable du centre Proteor de Laval qui compte cinq employés. "D'ailleurs, ce n'est pas le but. C'est juste une journée sympathique, pour voir nos patients dans un autre cadre. Et aussi, pour leur faire redécouvrir la marche et la course."

Mais à l'horizon des Jeux paralympiques de 2024, l'Ufop (union française des orthoprothésistes) s'est prononcée pour la gratuité des prothèses à usage sportif.

Les lames sont idéales pour la course, mais elles peuvent aussi servir dans d'autres disciplines comme les sports de raquette. - Radio France
Les lames sont idéales pour la course, mais elles peuvent aussi servir dans d'autres disciplines comme les sports de raquette. © Radio France - Simon de Faucompret

Présence d'un champion, pour la découverte

Parmi ceux qui viennent simplement satisfaire leur curiosité, il y a un certain Vladimir Vinchon. Membre de l'équipe de France para-équestre, élu sportif mayennais de l'année 2012, et concurrent en équitation la même année aux Jeux Paralympiques de Londres, en dressage (il avait fini 7ème en individuel et 9ème en équipe). Rien que ça.

"J'ai déjà une lame pour l'athlétisme, plus dure", révèle-t-il entre une partie de badminton et un café. Mais celle qu'il teste actuellement lui plaît pour d'autres raisons. "Sans aller chercher la performance sportive, celle-ci est plus souple, c'est plus confortable ! Je pense que c'est un très bon produit pour rester en forme, courir un peu." De quoi s'entraîner pour aller chercher d'autres distinctions ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu