Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Pourquoi a-t-on du mal à se passer des animaux de laboratoire ?

-
Par , France Bleu Auxerre

C'est la journée mondiale des animaux dans les laboratoires. En France, près de deux millions d'animaux sont utilisés pour des expériences destinées notamment à la mise au point de nouveaux médicaments .

© Maxppp -

yonne

Pourquoi a-t-on du mal à se passer des animaux de laboratoire ?  

Parce que selon les chercheurs,  il est impensable aujourd'hui de réaliser des recherches médicales de qualité en utilisant uniquement les cultures in vitro ou d'autres méthodes alternatives. Comme la reproduction de plusieurs organes sur une puce.  

Mais pour l'instant, ce n'est pas suffisamment efficace. Pour, par exemple, évaluer l’efficacité d’un nouveau médicament, il est systématiquement testé sur des animaux de laboratoire. Ces tests permettent, d’évaluer l’efficacité du futur médicament. 

Cela permet aussi de savoir s'il ne présente pas de danger pour l'homme.

Les animaux les plus couramment utilisés dans les laboratoires en France sont les souris. On en dénombre plus d'un million en 2016.  Beaucoup de poissons également, des poules et des lapins. Enfin plus de 4.000 chiens sont présents dans les laboratoires ainsi qu'un millier de chats.     

Et la souffrance animale dans tout ça ? 

Physique ou psychologique, elle est bien réelle. À l’occasion de cette Journée Mondiale, les militants anti-vivisection manifestent pour sensibiliser les pouvoirs publics aux souffrances des animaux, dont beaucoup meurent dans les laboratoires. Selon eux, il faut arrêter toute expérimentation animale. 

De son côté, l'union européenne n'est pas resté muette sur le sujet. Depuis 2010, une directive impose qu'une expérimentation réalisée avec des animaux soit autorisée par un comité d’éthique, composé de scientifiques et de personnalité de la société civile. La directive préconise aussi la limitation du nombre d’animaux utilisés, de meilleures conditions d’élevage et d’expérimentation. Pour beaucoup, ça reste très insuffisant.   

Que deviennent les animaux issus de l’expérimentation ?

Depuis plus de 20 ans, le GRAAL, le Groupement de réflexion et d’action pour l’animal, intervient dans les laboratoires qui pratiquent des expérimentations. L'idée est d’offrir une seconde vie aux animaux, grâce notamment à l'aide financière de l’association "30 millions d'amis"  Des chats et des chiens sont placés dans des refuges type SPA. Des parcs animaliers et des associations spécialisées sont contactées pour accueillir des singes, des oiseaux, des poissons ou des animaux de la ferme. Mais attention, ces animaux ont souvent été fragilisés  physiquement et psychologiquement. Les chiens, par exemple, qui n’ont connu que le chenil ou les cages des laboratoires peuvent être assez craintifs au début. Il faut être patient avec eux. Mais en général, ils s'habituent très bien à leur nouvelle vie.

Choix de la station

France Bleu