Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Pourquoi la prime des soignants de l'hôpital de Pau est pour l'instant moins élevée qu'à Bayonne

-
Par , France Bleu Béarn

Pour le moment, les soignants de l'hôpital de Pau devraient toucher 500 euros de prime, pour saluer leur mobilisation en pleine épidémie de coronavirus. Mais c'est une prime moins élevée qu'à Bayonne, Tarbes ou Bagnères-de-Bigorre. Pourquoi ?

Un box de réanimation de l'hôpital de Pau
Un box de réanimation de l'hôpital de Pau © Radio France - Daniel Corsand

L'annonce a créé la surprise à l'hôpital de Pau. L'établissement se trouve dans l'un des départements du "second groupe", c'est-à-dire ceux qui ont été moins touchés par l'épidémie de Covid-19. Selon le décret du Ministère de la Santé publié au Journal officiel, les soignants de ces départements devraient toucher une prime de 500 euros

Mais le texte précise que, parmi ces établissements, certains ont le droit de demander une revalorisation de la prime. Une liste d'environ 80 hôpitaux est présentée. Ceux de Bayonne, Tarbes ou Bagnères-de-Bigorre en font partie, mais pas celui de Pau. 

Une erreur ?

L'information fait réagir, d'autant qu'il semblerait qu'aucun établissement n'ait été consulté. Pourquoi les hôpitaux de Bayonne, Tarbes et Bagnères-de-Bigorre auraient-ils le droit de revendiquer une prime de 1.500 euros pour leurs soignants, et pas l'hôpital de Pau ? Les critères de cette dérogation sont flous. 

Fin mars, l'hôpital de Pau a accueilli 4 malades du coronavirus en provenance de la région Grand Est. L'hôpital de Bayonne a reçu 6 patients

Selon le décret, les soignants qui sont allés prêter main forte dans le Grand Est toucheront une prime de 1.500 euros, même s'ils travaillent habituellement dans un département du "second groupe". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu