Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences DOSSIER : Le pourquoi du comment

Pourquoi les Français ont- ils peur des vaccins ?

mardi 5 mars 2019 à 5:01 Par Delphine Martin, France Bleu Auxerre

La rougeole fait un retour inquiétant en France avec déjà 244 cas depuis le début de l'année. Le virus parfois mortel et très contagieux est en pleine recrudescence à cause d'un taux de vaccination insuffisant. Analyse d’une peur très française.

 photo d'illustration
photo d'illustration © Maxppp - GAETAN BALLY

Cela peut sembler étrange, mais la France, le pays de Pasteur et du vaccin contre la rage, est l'un des pays du monde les plus méfiants. Ça peut s'expliquer par plusieurs crises sanitaires impliquant des médicaments, notamment celle du Médiator à partir en 2011. Cet antidiabétique prescrit comme coupe-faim aurait causé de nombreux décès en raison de graves effets secondaires cardiaques. 

Il y a eu aussi la commande (trop) massive par le gouvernement de vaccin contre la grippe A en 2009. La France avait commandé 94 millions de doses mais l'épidémie s'est finalement avérée beaucoup moins grave que prévue et seulement six millions de Français se sont faits vacciner.

Pays le plus sceptique du monde en 2016

Selon une étude menée en 2016 par des chercheurs britanniques dans 67 pays, les Français sont les plus sceptiques au monde sur la vaccination, devant la Bosnie-Herzégovine, la Russie, l'Ukraine et la Grèce.

Plus récemment, un sondage Ipsos de 2018 a montré que près d'un français sur cinq est défavorable à la vaccination. Néanmoins, entre 2016 et 2018, la confiance dans les vaccins s'est améliorée.

Peur des adjuvants et des effets secondaires

Les anti-vaccins craignent les effets secondaires des injections. Ils déplorent un manque d'information et affirment que les adjuvants, ces substances qui assurent l'efficacité du vaccin, peuvent être dangereux, notamment les sels d'aluminium.

Plus largement, ils doutent de l'indépendance des autorités de santé vis à vis de la puissante industrie pharmaceutique et n’hésitent pas à céder à de véritables théories du complot. Ils surfent aussi sur la mode des médecines alternatives : naturopathie, homéopathie, acupuncture... 

Ces opinions, finalement plutôt marginales si on considère que 83% des Français sont pour la vaccination, ont trouvé une énorme caisse de résonance à travers Internet et les réseaux sociaux.

  - Visactu
© Visactu -

Le risque zéro n’existe pas

Tous les scientifiques le reconnaissent : un vaccin, comme un médicament, n'est jamais sans risque. Il peut toujours y avoir des complications, des allergies, des intolérances plus ou moins graves… mais ce que les médecins appellent le « rapport bénéfices/risques » reste positif. Autrement dit : les bienfaits des vaccins pour se protéger de maladies sérieuses et mortelles sont supérieurs aux risques d'effets secondaires, même graves.

Quant aux adjuvants et à leurs risques supposés pour l'organisme : les très nombreuses études menées en France et dans le monde n’ont pour le moment établi aucun lien de causalité, selon l’organisation mondiale de la santé. 

Une autre polémique avait été lancée en 1998 par un médecin britannique qui affirmait que le vaccin ROR (rougeole, oreillons, rubéole) déclenchait des troubles autistiques. Mais les données avaient été falsifiées et son travail invalidé. Lui-même a d'ailleurs été radié de l'ordre des médecins.  

Les graves conséquences de la baisse d’une couverture vaccinale

C'est mathématique : pour qu'un vaccin fonctionne, il faut que 95% de la population ciblée soit vaccinée. En dessous de ce taux, des épidémies peuvent survenir. C'est ce qui se passe avec la rougeole depuis quelques années. Dans notre pays, moins de 80% de la population est aujourd'hui immunisée et l'on constate une réapparition importante de la maladie. De moins de 50 cas par an en 2006, on est passé à plus de 2900 cas l'année dernière. 

Cela devrait s’arranger puisque le vaccin contre la rougeole fait partie des 11 vaccins obligatoires depuis le 1er janvier 2018.

En tout cas l'organisation mondiale de la santé a classé « l'hésitation à l'égard du vaccin » parmi les 10 principales menaces pour la santé mondiale.