Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences

Premier bilan mitigé pour la campagne de vaccination contre la méningite

-
Par , France Bleu Bourgogne

5500 vaccins ont été distribués depuis début octobre. La campagne de vaccination 2018 contre la méningite en Côte-d'Or ne démarre pas assez fort pour l'Agence régionale de santé.

Les 17-20 ont été plus nombreux à se faire vacciner que les 21-24 ans.
Les 17-20 ont été plus nombreux à se faire vacciner que les 21-24 ans. © Maxppp -

Côte-d'Or, France

Six semaines après le début de la campagne de vaccination contre la méningite, 5500 jeunes se sont fait vaccinés dans les secteurs de Dijon et Genlis. C'est encourageant mais en-dessous de ce qu'espérait l'Agence régionale de santé. En tout, 40.000 jeunes de 17 à 24 ans sont concernés par cette campagne. 

Les 21-24 ans peu mobilisés 

L'Agence régionale de santé constate des disparités selon l'âge : «Comme on s'y attendait un peu, les plus âgés de la tranche d'âge se mobilisent moins», explique Olivier Obrecht, directeur général adjoint de l'ARS. En effet, les 17-20 ans vivent encore souvent chez leurs parents qui les incitent à se faire vacciner alors que les 21-24 ans, majoritairement des étudiants, ont moins de pression dans leur entourage. 

Pas de nouveau cas depuis juin 

La méningite a causé deux décès à Dijon fin 2016. Une première campagne de vaccination avait alors permis de limiter la propagation de la maladie qui était revenu fin 2017, provoquant la mort d'un étudiant dijonnais. Depuis juin, pas de nouveau cas mais Isabelle Girard-Frossard, coordinatrice de la campagne de vaccination, reste prudente : «Pendant un an, on n'avait plus eu de cas mais c'est revenu». 

Objectif 40 % de vaccinés 

La campagne de vaccination continue jusqu'à fin mars dans les centres de vaccination ou chez les médecins de ville. L'ARS espère vacciner 40 % de la cible. Avec les 5.500 vaccins déjà administrés et les 6.000 étudiants toujours protégés par le vaccin de la première campagne, on peut estimer que 29 % environ des 17-24 ans de Dijon et Genlis sont actuellement protégés. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu