Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Cancer du col de l'utérus : première grande campagne de dépistage organisé en Nouvelle-Aquitaine

Le Centre régional de coordination des dépistages des cancers Nouvelle-Aquitaine lance ce lundi sa première campagne de dépistage organisé du cancer du col de l'utérus à destination des femmes de 25 à 65 ans. Actuellement en France 40% des femmes concernées ne se font pas dépister.

Une consultation gynécologique (illustration)
Une consultation gynécologique (illustration) © Maxppp - PHOTOPQR/LA MONTAGNE/MAXPPP

La 15e semaine européenne de la prévention du cancer du col de l'utérus démarre ce lundi 25 et jusqu'au 31 janvier. Ce cancer touche 3.000 femmes chaque année et cause 1.100 décès. Mais selon les spécialistes 90% de ces cancers pourraient être évités si les dépistages étaient correctement effectués. C'est pourquoi le Centre régional de coordination des dépistages des cancers Nouvelle Aquitaine se mobilise et lance pour la première fois une grande campagne de dépistage organisé du cancer du col de l'utérus à destination des femmes de 25 à 65 ans. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

600.000 femmes ciblées par cette campagne dans la région

Actuellement en France 40% des femmes concernées ne se font pas dépister. Elles sont 600.000 femmes rien qu'en Nouvelle Aquitaine. Avec cette campagne, elles recevront donc une invitation par courrier pour aller se faire dépister chez un médecin généraliste, un gynécologue ou chez une sage femme. Un an plus tard, si rien n'est fait, une relance sera envoyée.

Le type de dépistage varie en fonction de l'âge, selon les explications de la Ligue contre le cancer :

  • Entre 25 et 29 ans : "Si le résultat de l’examen cytologique est normal, cela signifie qu’aucune anomalie pouvant correspondre à des lésions précancéreuses ou à un cancer n’a été détectée au moment du dépistage. S’il s’agit du 1er dépistage, il doit être refait 1 an après. Si les résultats de ces deux premiers dépistages à 1 an d’intervalle sont normaux, vous devrez réaliser un nouveau dépistage 3 ans après."
  • À partir de 30 ans : "Si le résultat du test HPV est négatif, cela signifie qu’aucune infection à HPV à haut risque n’a été détectée. Le test HPV est refait tous les 5 ans jusqu’à l’âge de 65 ans."

Un suivi différent est nécessaire dans trois cas

  • les femmes qui ont une greffe, 
  • les femmes qui vivent avec le VIH 
  • et celles qui ont été exposées au Distilbène.

L'importance du vaccin contre le Papillomavirus en amont

Le cancer du col de l'utérus est le 4e cancer de la femme dans le monde, le 12e cancer en France. Il est quasiment toujours lié à un papillomavirus.

La campagne insiste aussi sur la vaccination contre ce papillomavirus. Un virus qui se transmet par contacts sexuels. Une vaccination est nécessaire chez les adolescents, filles comme garçons. Actuellement, seulement 25% des jeunes filles sont vaccinées à 16 ans.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Mais il y a aussi un disparité d'accès à cette campagnes et aux dépistages selon la docteur Athenais Lair, médecin spécialiste de santé publique. "On sait que les femmes de 25 ans ont un taux de participation qui est de 70% alors que la participation des femmes de plus de 60 ans n'est que de 40%. Souvent après la ménopause, les femmes arrêtent leur surveillance gynécologique et pourtant c'est dans cette tranche d'âge qu'il faut renforcer la surveillance", explique-t-elle. L'âge médiant du diagnostique est de 53 ans en France et l'âge moyen du décès 64 ans.

Il existe également une disparité territoriale. "En Nouvelle-Aquitaine, il y a 13% d'écart de participation aux dépistages entre la creuse à 53% et la Gironde à 66%."

Le défi de poursuivre les dépistages malgré la crise sanitaire

Le contexte sanitaire actuelle pousse un certain nombre de femme à annuler leurs rendez-vous pour se faire dépister. Un phénomène dangereux et face auquel il faut absolument lutter selon la docteur Zineb Lounici médecin radiologue au CHU de Bordeaux.

"Cette crise Covid a retardé le dépistage et moi je le vois tous les jours avec le nombre de mes consultations pour dépistages qui a chuté de manière drastique. Cela retarde le diagnostique, perturbe certains traitements. On sait déjà que cette crise sera à l'origine d'au moins 1% d'augmentation de la mortalité donc c'est loin d'être anodin", s'alarme-t-Zineb Lounici.

"Nous devons être très vigilants par rapport à nos messages d'information pour que les femmes ne se désengagent pas" docteur Zineb Lounici

L'objectif de cette campagne est de réduire le nombre de décès de 30% d'ici 10 ans et d'atteindre 80% de taux de couverture. Le dépistage permet chaque année de dépister 200.000 prélèvement anormaux et 32 000 lésions précancéreuses

Choix de la station

À venir dansDanssecondess