Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Près d'un généraliste sur deux refuse les nouveaux patients en tant que médecin traitant

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Près d'un généraliste sur deux refuse de devenir le médecin traitant de nouveaux patients, révèle une étude de l'UFC Que Choisir publiée ce jeudi. L'association réclame des mesures contre les déserts médicaux, mais aussi la fin du tarif augmenté pour les patients consultant hors médecin traitant.

Près d'un médecin généraliste sur deux ne veut pas de nouveaux patients sur la durée.
Près d'un médecin généraliste sur deux ne veut pas de nouveaux patients sur la durée. © Maxppp - Jean-François FREY

Si vous ne parvenez pas à trouver un médecin traitant, sachez que vous n'êtes pas seul. Une étude de l'UFC que Choisir publiée ce jeudi révèle que près d'un médecin généraliste sur deux, soit 44%, refuse de devenir le médecin traitant de nouveaux patients. L’association de consommateurs réclame des mesures d'urgence pour lutter contre les déserts médicaux.

Une enquête sur le terrain 

Du 8 au 22 juin, 2.770 médecins généralistes répartis dans 78 départements ont été contactés par les bénévoles de l'association, "pour savoir s'ils acceptaient de nouveaux patients en tant que médecin traitant", explique l'UFC-Que Choisir. La demande a été refusée par 44% des généralistes sollicités, auxquels s'ajoutent 9% de médecins ayant déclaré qu'"ils souhaitaient d'abord voir le patient avant de se décider".

7 médecins sur 10 ont déjà trop de patients, 14% vont partir à la retraite

Quant aux motifs évoqués lors de ces refus, 71% des sondés "déclarent avoir déjà trop de patients, quand 14% arguent de leur départ prochain à la retraite".

Des disparités géographiques importantes 

Ces résultats recouvrent de grandes disparités géographiques : "si moins de 20% des généralistes refusaient de nouveaux patients dans le Bas-Rhin, la Meurthe-et-Moselle et les Pyrénées-Atlantiques, le taux de refus grimpe à 70% dans l'Allier, 78% en Charente et même 86% en Seine-et-Marne", souligne l'association.

Les villes moyennes davantage concernées que les grands déserts médicaux

Autre constat, "les difficultés les plus grandes ne se rencontrent pas dans les déserts médicaux les plus importants, mais davantage dans la France périphérique des communes moyennes", relève l'UFC-Que Choisir.

Ainsi, les taux de refus s'élèvent à 33% dans les communes de moins de 3.000 habitants, et à 34% dans celles de plus de 100.000 personnes, contre 52% dans les villes de 10.000 à 100.000 habitants, explique l'association. "Les refus sont moins nombreux quand l'offre de généralistes est nettement insuffisante (39% de refus en moyenne) que dans les territoires où la densité est dans la moyenne (le taux de refus est alors de 46%)", les médecins situés dans les zones rurales ayant peut-être "davantage de réticence à refuser des patients" privés "d'alternative", écrit l’association.

En clair, le médecin d'une petite commune acceptera plus facilement un nouveau patient sachantqu'il n'y a pas d'autre médecin autour, alors qu'un médecin d'une ville moyenne comptera davantage sur ses collègues alentour pour prendre le nouveau patient. 

L'UFC demande la suppression de la pénalité financière pour les patients sans médecin traitant 

L'UFC-Que Choisir presse les pouvoirs publics "à agir enfin pour résorber les déserts médicaux" et appelle à réguler l'installation des médecins. Elle demande en outre à la ministre de la Santé Agnès Buzyn de "mettre fin à la pénalisation financière des usagers sans médecin traitant" et "à organiser d'urgence un système de désignation d'un médecin traitant à chaque usager qui en fera la demande". 

En France, 8,6% des patients de plus de 16 ans n'ont pas de médecin traitant, essentiel pour éviter des pénalités ou des réductions de remboursement par l'Assurance maladie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu