Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Près de Cancale, on cherche un nouveau médecin sur les réseaux sociaux

samedi 10 mars 2018 à 11:04 Par Morgane Heuclin-Reffait, France Bleu Armorique et France Bleu

A Cherrueix (Ille-et-Vilaine), à mi-chemin entre Saint-Malo et Le Mont-Saint-Michel, l'un des deux médecins part à la retraite fin mars. Depuis bientôt deux ans, il cherche un remplaçant, en vain. L'une de ses patientes a donc posté une vidéo sur Facebook, déjà vue près de 45.000 fois.

Le nouvel espace santé de Cherrueix a été inauguré il y a deux ans
Le nouvel espace santé de Cherrueix a été inauguré il y a deux ans © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Cherrueix, France

Ségolène Bertot, la boulangère de Cherrueix, ne s'attendait pas à un tel succès : "J'avais dit au docteur Goblé que je préviendrai quand on passerait la barre des 1.000 vues, mais en une journée on en avait déjà plus de 10.000 !", explique-t-elle. Patiente du médecin qui prend sa retraite à la fin du mois, elle a posté mardi dernier une vidéo sur Facebook, compilant des images de la commune et ses alentours, pour appeler un médecin à s'installer. Celle-ci a été vue près de 45.000 fois en cinq jours.

Un manque d'attractivité dû aux clichés

"J'ai proposé au docteur Goblé qui s'en va de faire un texte, ajoute Ségolène Bertot, mais je ne me voyais pas le poster sans faire de vidéo de Cherrueix car il faut bien mettre la ville en avant, dire que c'est un village dynamique, qu'il y a plein de choses pour un médecin qui arriverait avec sa famille". 

"On a une vingtaine d'associations très différentes, on est à mi-chemin de Saint-Malo et du Mont-Saint-Michel, sans compter Dol-de-Bretagne qui est tout près et où passe le TGV", ajoute Elisabeth, une autre patiente de François Goblé. Ségolène Bertot a déjà eu une quarantaine de retours, mais pour l'heure, pas de candidat sérieux.

J'ai été en contact avec un médecin de région parisienne qui m'a expliqué que certains ne veulent plus s'installer à la campagne car ils ne veulent pas faire 60 heures par semaine. Mais ce n'est plus comme ça !

Une maison médicale flambant neuve

Si les deux médecins aujourd'hui en place sont un peu débordés, entre une trentaine de consultations par jour et des visites à domicile, ils peuvent compter sur l'aide de cinq infirmiers et du kinésithérapeute, qui ont été regroupés dans une même maison médicale il y a deux ans, pour épauler les médecins. 

"On est bien soutenus, insiste François Goblé, avec un travail d'équipe". Les deux médecins ont par ailleurs organisé leurs journées de travail de sorte que l'un d'eux soit presque toujours là, même si cela peut s'avérer compliqué pendant les vacances. "La première semaine des vacances de février, explique Elisabeth, les deux médecins étaient absents en même temps. Il y avait une petite affiche : en mon absence, appelez le 15".

L'un des deux cabinets est vide en attendant le remplaçant du Dr Goblé - Radio France
L'un des deux cabinets est vide en attendant le remplaçant du Dr Goblé © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Des services de santé saturés

Cela fait bientôt deux ans que le docteur Goblé a repoussé son départ à la retraite dans l'espoir de trouver un remplaçant. Pour cela, il a même envoyé 18.000 faxs dans les cabinets médicaux français. "C'est difficile, je veux trouver quelqu'un, mais ce n'est pas normal de retarder son départ à la retraite, je ne peux plus physiquement", explique-t-il. 

Une fois parti, il ne restera plus que le docteur Lesegretain, "qui commence déjà à avoir trop de patients", indique Elisabeth. "A Saint Benoit, ils font des efforts pour recevoir les patients, ajoute François Goblé, mais à Dol-de-Bretagne ils ne les prennent pas,  à Hirel non plus. A Pontorson, il n'y a plus de médecin non plus".

Le Dr Goblé s'inquiète de l'avenir de ses patients après son départ à la retraite fin mars - Radio France
Le Dr Goblé s'inquiète de l'avenir de ses patients après son départ à la retraite fin mars © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

"Le plus proche si aucun médecin veut nous reçevoir, c'est à Saint-Malo, à 25 kilomètres. SOS Médecins ne vient pas jusqu'à Cherrueix, s'agace Ségolène. La dernière option, c'est de faire venir les pompiers pour des bricoles, alors qu'ils sont aussi débordés".