Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Prévention du cancer : "un tiers des cancers serait évitable" (Dr Pierre Fournel)

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Selon le dernier rapport de l'Organisation mondiale de la santé, les cas de cancer augmenteront de 60% d'ici 2040 dans le monde, parce que les moyens de prévention sont insuffisants. Le docteur Pierre Fournel, chef du département d'oncologie médical à l'ICL, n'est pas surpris par ce chiffre.

Le docteur Pierre Fournel est chef de département à l'Insitut de cancérologie de la Loire.
Le docteur Pierre Fournel est chef de département à l'Insitut de cancérologie de la Loire. © Radio France - Tifany Antkowiak

"Je pense qu'aujourd'hui, même dans un pays comme la France, on n'en fait pas encore assez", répond le docteur Pierre Fournel quand on l'interroge sur les politiques de prévention du cancer. "Il faut savoir que grosso modo, un tiers des cancers serait évitable", poursuit le chef du département d'oncologie médicale à l'ICL (Institut de cancérologie de la Loire) à Saint-Priest-en-Jarez. 

Dr Pierre Fournel, invité de 7h50 le 04/02/2020

Et les facteurs de ces cancers évitables sont bien connus : le tabac d'abord, mais aussi l'alcool, et ensuite certains comportements alimentaires, et des facteurs liés à l'environnement. "Et il est certain qu'en terme de prévention on n'est pas encore suffisamment bon, notamment par exemple dans la lutte contre le tabagisme, et en particulier chez les plus jeunes et chez les femmes", commente le Dr Fournel. 

La "révolution" immunothérapie

Si le manque de prévention est problématique pour les années à venir, il y a aussi des bonnes nouvelles en matière de la lutte contre le cancer. Les traitements évoluent, et le développement de l'immunothérapie apparaît comme une "révolution" aux yeux du chef du département d'oncologie médicale à l'ICL. Cette alternative aux traitements classiques (radiothérapie, chimiothérapie, chirurgie) agit sur les globules blancs qui composent le système immunitaire afin qu'ils détectent et attaquent les cellules cancéreuses. "C'est une forme de libération du système immunitaire contre les cellules cancéreuses, et on peut avoir des effets spectaculaires en l'espace de quelques semaines ou quelques mois de traitement", détaille le docteur Pierre Fournel. 

"Aujourd'hui l'immunothérapie est devenue un traitement majeur pour les tumeurs de la peau, les mélanomes, alors que jusqu'à présent c'était des cancers pour lesquels ont avait peu de moyens thérapeutiques", précise-t-il. Le traitement est aussi utilisé pour certains cancers du poumon, de la gorge et du rein. 

-
- © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess