Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Prévention Sida : le centre de planning familial de Belfort en première ligne

mercredi 29 novembre 2017 à 19:54 Par Nicolas Wilhelm, France Bleu Belfort-Montbéliard

A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida ce vendredi, l’accent est mis sur la prévention auprès des jeunes à Belfort. Le centre de prévention de planification et d'éducation familiale sensibilise aux bons comportements.

Les élèves de l'Epide assistent à une séance d'information sur le Sida au centre de planning familial de Belfort
Les élèves de l'Epide assistent à une séance d'information sur le Sida au centre de planning familial de Belfort © Radio France - Nicolas Wilhelm

Belfort, France

Dans l'ensemble, les jeunes connaissent le sida et son mode de transmission mais il y a encore trop de pratiques à risques. L'âge médian pour un rapport sexuel, c'est 17 ans. « Avoir les connaissances et utiliser les modes de prévention comme le préservatif, c’est difficile car ces jeunes rentrent dans leur vie sexuelle. Les émotions ne riment pas toujours avec les bonnes conduites » explique Laurence Lapointe, responsable du centre de planification et d'éducation familiale de Belfort.

6 000 nouvelles contaminations en France chaque année

Chaque année, on recense 6 000 nouvelles contaminations en France dont une trentaine en Franche Comté. « Par rapport aux années antérieures ou la moyenne était autour des trentenaires, c’est la tranche d’âge des 18-25 ans qui voit sa courbe augmenter au niveau des nouvelles contaminations ces dernières années surtout auprès des publics gays » indique Michaël Peirazat, responsable régional de l'association de lutte contre le sida Aides en Bourgogne Franche Comté. En cause, une très faible utilisation du préservatif. Beaucoup de personnes considèrent aussi que les traitements antirétroviraux, ces médicaments qui bloquent la progression du VIH, suffisent. « Sauf qu'on ne guérit pas du sida, on le soigne » rappelle Michaël Peirazat.

Le protocole PREP

Pour lutter contre toute forme de contamination au VIH, il existe désormais la PREP, la Pré Exposition : les personnes séronégatives, non porteuses du virus, peuvent se faire prescrire un traitement sous forme de médicaments auprès d'un médecin d'un centre de dépistage. « C’est réellement fait pour les personnes qui utilisent peu ou pas le préservatif. Il s’agit d’un cachet à prendre tous les jours de manière continue ou suivant la période de rapports sexuels intensifs de manière discontinue. Pour l’instant, ce traitement est plus axé sur un public à fortes expositions : les hommes qui ont des rapports avec d’autres hommes, les travailleurs et travailleuses du sexe ou encore les populations migrantes » précise le responsable régional de l’association Aides.

Fini le tabou ?

Plus l'éducation à la sexualité commence tôt, plus les jeunes ont des chances d'adopter les bons comportements. C'est la philosophie du centre de planification et d'éducation familiale de Belfort. Il ouvre cette semaine ses portes à de jeunes collégiens et aussi à des plus grands pour parler prévention sida. C’est un sujet sur lequel il est encore difficile de s'exprimer. « Je trouve ça bien d’en parler comme ça, on est au courant des risques. Je ne sais pas exactement comment ça se transmet » explique la jeune Noa 18 ans de l'Epide de Belfort, l'établissement spécialisé dans l'insertion des jeunes en difficulté, qui a suivi ce jeudi une séance d’information au sein du centre de planification et d'éducation familiale de Belfort.

Pour son camarade Anthony 19 ans, le sida évoque « une maladie grave sexuellement transmissible dont on ne guérit pas et qu’il faut éviter de choper ». L'éducation à la sexualité et à la protection contre les maladies sexuellement transmissibles font partie des programmes scolaires.

Ce vendredi à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida, un préservatif sera offert à chaque étudiant pour l'achat d'un café au restaurant universitaire Ernest Duvillard de Belfort. Une action de sensibilisation se tiendra à l'UTBM de Sévenans.