Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Procès Mediator : "C'est une victoire symbolique pour les victimes"

-
Par , France Bleu Poitou

Les laboratoires Servier ont été reconnus coupables ce samedi matin de "tromperie aggravée" et "homicides et blessures involontaires", plus de 10 ans après le scandale du Mediator. Pour Me Gaborit, qui a représenté une dizaine de victimes dans le Poitou, c'est une victoire symbolique.

Médiator
Médiator © Radio France

Le tribunal correctionnel de Paris a rendu sa décision ce samedi matin, les laboratoires Servier ont été reconnus coupables de "tromperie aggravée" et "homicides et blessures involontaires", dans l'affaire du Mediator, ce médicament anti-diabétique prescrit pendant près de 30 ans. Pour l'avocat Me Gaborit, c'est une victoire symbolique, il a représenté une dizaine de victimes dans le Poitou. 

L'avocat François Gaborit considère cette condamnation comme très importante pour les victimes

"On pourrait considérer que l'amende est ridicule : 2,7 millions d'amende, alors qu'il ne faut pas oublier que le Médiator apportait 30 millions d'euros par an. Mais au moins, il y a une condamnation pour les victimes", se console l'avocat. Il rappelle aussi que la victoire, c'est que le laboratoire soit reconnu coupable, mais aussi l'ANSM (Agence Nationale de Sûreté du Médicament). "Il y a eu une tromperie de la part de Servier, mais il y a également eu une défaillance des autorités de pharmacovigilance". 

"Plus jamais ça", Me Gaborit, avocat de victimes du Mediator 

Un vrai soulagement pour les victimes, selon Me Gaborit : "Ce qui comptait, c'était que la responsabilité de Servier soit reconnue, pour que derrière, il y ait le "plus jamais ça", on ne peut pas accepter aujourd'hui qu'un médicament reste 40 ans sur le marché, alors que c'était un véritable poison."

Me François Gaborit, avocat du barreau de Poitiers qui a défendu des victimes du Mediator

Choix de la station

À venir dansDanssecondess