Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Projet de loi bioéthique : la PMA, qu'est-ce que c'est ?

-
Par , France Bleu

Le projet de loi bioéthique arrive ce mardi à l'Assemblée, promettant des débats intenses sur la mesure phare d'extension de la PMA à toutes les femmes, vivement combattue à droite. Mais c'est quoi, exactement, la PMA ?

Dans le cas d'une fécondation in vitro, les spermatozoïdes sont introduits directement dans l'ovule, puis l'embryon est réimplanté dans le corps de la mère.
Dans le cas d'une fécondation in vitro, les spermatozoïdes sont introduits directement dans l'ovule, puis l'embryon est réimplanté dans le corps de la mère. © Maxppp -

Six ans après les débats enflammés sur le mariage pour tous, place à la première grande réforme sociétale du quinquennat Macron, avec l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires. Le projet de loi bioéthique arrive en effet ce mardi à l'Assemblée nationale, promettant des débats intenses. 

Mais outre le débat sur le fond, en quoi consiste exactement la PMA, scientifiquement parlant ?

Deux méthodes d'assistance

La PMA, trois lettres pour procréation médicalement assistée, consiste en des techniques médicales de manipulation de spermatozoïdes et d’ovules pour aboutir à une fécondation. Il y deux types de PMA. L’insémination artificielle tout d'abord, qui consiste à placer du sperme dans l'utérus sans qu'il y ait de rapport sexuel. Dans le cas où cette technique ne fonctionne pas ou ne peut être utilisée (70% des cas), les couples concernés ont recours à la fécondation in vitro (FIV) : la rencontre entre les spermatozoïdes et l’ovule se fait en laboratoire, en dehors du corps de la femme, et l'embryon qui en découle est ensuite réimplanté dans son corps.

-

Jusqu'alors réservé aux couples hétérosexuels en âge de procréer et qui soufrent d’infertilité ou aux couples qui risquent de transmettre une maladie grave à leur futur enfant, le recours à la PMA doit être étendu aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires, si la loi est adoptée.

Un enfant sur 30 conçu grâce à la PMA en 2018

En 2018, en France, 1 enfant sur 30 (3,4 %) a été conçu grâce à cette technique, qu’il s’agisse d’une fécondation in vitro (FIV) ou d’une insémination artificielle, selon l’Institut national d’études démographiques (INED). En France, il faut remonter au 24 février 1982 pour trouver la première naissance par PMA : il s'agissait d’Amandine. Selon l'INED, "300.000 enfants ont été conçus par FIV entre 1981 et fin 2014. Si la tendance se poursuit, un total de 400.000 sera atteint fin 2019".

En 2014, 143.778 tentatives de PMA ont été réalisées en France. Dans 95%, des cas elles ont été réalisées avec les spermatozoïdes et ovules des deux membres du couple. Cette même année, 3,1% des enfants nés en France (soit 25 208 enfants), étaient le fruit d'une PMA.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess