Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Prothèses mammaires Allergan : après avoir enlevé des implants PIP, le cauchemar recommence pour une Puydômoise

vendredi 8 février 2019 à 9:23 Par Lauriane Havard, France Bleu Pays d'Auvergne et France Bleu

Certaines prothèses seront-elles bientôt interdites ? Après les prothèses PIP, celles du laboratoire Allergan pourraient être potentiellement dangereuses. C'est le cauchemar qui recommence pour une Puydômoise, qui s'était déjà fait enlever des implants PIP. Elle a depuis des prothèses Allergan.

Incarnation Roux, habitante de Courpière, qui porte des prothèses mammaires du laboratoire Allergan
Incarnation Roux, habitante de Courpière, qui porte des prothèses mammaires du laboratoire Allergan © Radio France - Lauriane Havard

Courpière, France

C'est une histoire qui se répète pour Incarnation Roux, cette habitante de Courpière dans le Puy-de-Dôme. Après avoir guéri d'un cancer du sein en 2010, la Puydômoise décide de faire une reconstruction mammaire avec, notamment, des implants. Sauf que, un an plus tard, le scandale des prothèses PIP éclate et la quinquagénaire est concernée. En 2012, elle subit alors une opération pour les retirer et en mettre des nouvelles. Aujourd'hui, c'est la double peine pour Incarnation Roux qui se retrouve avec des implants Allergan.

Je me sens comme un cobaye, ce que j'ai en moi, ce sont deux bombes à retardement - Incarnation Roux

En France, on estime à 500.000 le nombre de femmes porteuses de prothèses. Depuis ce jeudi, l'Agence de sécurité du médicament organise deux journées d’auditions consacrées à l’utilisation de ces prothèses mammaires. Certains types d'implants pourraient être interdits, ce sera peut-être le cas des prothèses Allergan. Plusieurs femmes ont déjà porté plainte cette semaine contre le laboratoire. 

La Puydômoise Incarnation Roux a sans tarder pris rendez-vous avec un médecin chirurgien du centre Jean Perrin à Clermont-Ferrand. "Je n'ai pas d'autres solutions, il faut que je les enlève" explique cette habitante de Courpière. Fatiguée et anxieuse après toutes ces opérations subies depuis plusieurs années, elle n'a pourtant pas le choix si elle veut préserver sa santé. 

Incarnation Roux n'exclut pas de porter plainte, elle aussi, tout comme une quinzaine de femmes qui ont déposé plainte ce mercredi à Paris et ce jeudi à Marseille.