Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Prothèses Mammaires PIP : "Je demande juste des excuses", Nadège Body, une Nantaise

-
Par , France Bleu Loire Océan
Nantes, France

Jean-Claude Mas est jugé dans le procès en appel des prothèses mammaires PIP. 7.000 femmes se sont portées partie-civile. Parmi elles, une Nantaise. Elle raconte son parcours et demande un "mea-culpa" de Jean-Claude Mas.

Nadège Bory, une des victimes
Nadège Bory, une des victimes © Radio France - Tudi Crequer

C'est en 2004 que Nadège Bory lie "malheureusement" sa vie à Jean-Claude Mas. "Je me suis fait opérer suite à deux allaitements qui ont fait que je n'avais plus du tout de poitrine", confie la Nantaise. "Pour moi, c'était vraiment de la chirurgie réparatrice. C'était pas du tout pour faire la bimbo ! Ma première prothèse a eu une suspicion de fuite, on me les a changées et on m'a remis de nouvelles prothèses PIP.

"Je voulais pas faire la bimbo ! "

Les problèmes de santé vont alors s'enchaîner. "Entre l'intervalle des deux prothèses j'ai quand même fait une méningite et après une leucémie. Bien sûr, aucun médecin ne reconnaîtra la corrélation entre les deux, moi j'en suis convaincue. J'ai quand même une reconnaissance "travailleur handicapé"." Il y a aussi des conséquences professionnelles et familiales. Mais Nadège Bory est de nature "optimiste". "En juin 2016, on pourra considérer que je suis guérie de ma leucémie. 10 ans après, je sors enfin la tête de l'eau", explique-t-elle. 

"J'espère un mea-culpa de Jean-Claude Mas"

Cette Nantaise se qualifie comme "optimiste". Elle vient de lancer, il y a quelques mois, son auto-entreprise. Le procès ? Elle ne voulait pas s'y rendre parce qu'elle n'aurait sans doute pas supporté d'être "confrontée à Jean-Claude Mas". Ce mardi, l'avocat général a requis quatre ans de prison ferme contre Jean-Claude Mas. Mais Nadège Bory, ne se réjouit pas "de voir un homme partir en prison". Elle espère "être reconnue comme victime et dédommagée". Mais le plus important, c'est peut-être aussi d'entendre "des excuses et un mea-culpa" de la part de M. Mas.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess