Santé – Sciences

Punaises de lit au CHU de Nantes : gestion de crise

Par Pascale Boucherie et Sarah Vildeuil, France Bleu Loire Océan mercredi 20 septembre 2017 à 18:18

L'accueil des Urgences du CHU de Nantes se fait sous une tente depuis lundi.
L'accueil des Urgences du CHU de Nantes se fait sous une tente depuis lundi. © Radio France - Sarah Vildeuil

Depuis la découverte de punaises de lit aux Urgences du CHU de Nantes, l'accueil des patients se fait sous une tente dressée devant l'établissement. Le patron du service assure être maître de la situation.

Depuis la découverte de punaises de lit aux Urgences du CHU de Nantes, l'accueil des patients se fait sous une tente dressée devant l'établissement. Le patron du service assure être maître de la situation.

L'organisation est la même qu'à l'intérieur avec un médecin, un infirmier et des brancardiers. On a rajouté des étudiants pour nous aider car les distances ne sont pas les mêmes. En fait, nous on vit ça comme un exercice de situation sanitaire exceptionnelle. On a l'habitude, on monte les tentes, on s'organise, c'est provisoire."- Gilles Potel, patron des Urgences du CHU de Nantes.

Les Urgences du CHU de Nantes font donc du camping depuis lundi. Depuis qu'une patiente a bien involontairement infesté l'unité avec des punaises de lit. En parallèle la polémique commence pourtant à gonfler. En Comité Hygiène et Sécurité, la CGT vient de dénoncer l'absence de réactivité du CHU.

Les mesures prises sont à notre avis tardives. La fumigation des boxes et l'extraction du mobilier ne se sont faites que 12 jours après le passage de la patiente. Il y a une certaine anarchie dans le traitement de cet insecte qui a envahi les Urgences." Patrice Le Luel, secrétaire du CHSCT.

Tout a été fait comme il fallait assure le patron des Urgences Gilles Potel.

On n'allait pas d'emblée déclencher le plan ORSEC. Les premières mesures ont été prises très vite. Le box de la patiente a été stérilisé dès le lendemain de son passage".

Les Urgences de Nantes accueillent quotidiennement 200 personnes. Il semble que la médiatisation de cette affaire a clairement fait baisser le nombre de visites. Il n'y avait ainsi en ce mardi après-midi aucune file d'attente. Les rares malades croisés sont partagés entre dégoût et compréhension.

La nouvelle organisation de l'accueil se fait très bien." -Estelle, jeune patiente

Julie reste sur une marque de dégoût :

C'est surprenant de voir des punaises de lit à l'hôpital. Ce devrait être un endroit propre."- Julie, patiente trentenaire

Les punaises de lit infestent de plus en plus les grandes villes de la planète, que les locaux soient propres ou non.