Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Punaises de lit: ces bêtes qui grattent de plus en plus la Moselle

jeudi 16 novembre 2017 à 8:47 Par Jordan Muzyczka, France Bleu Lorraine Nord

Après le Kinépolis de Thionville, c'est l'Université de Lorraine, à Metz, qui est touchée par les punaises de lit. Si l'organisme en charge des logements étudiants met tout en œuvre pour remédier au problème, les professionnels remarquent que ces bêtes sont de plus en plus envahissantes.

L' Université de Lorraine, à Metz, ce sont 1054 chambres étudiantes, et "moins d'une dizaine" selon le Crous concerné par le problème des punaises de lit
L' Université de Lorraine, à Metz, ce sont 1054 chambres étudiantes, et "moins d'une dizaine" selon le Crous concerné par le problème des punaises de lit © Radio France - Jordan MUZYCZKA

Metz, France

Pas plus hautes que trois pommes (sept millimètres environ une fois adultes) mais elles en causent des soucis! Après le cinéma Kinépolis de Thionville fermé pendant cinq jours, les punaises de lit ont fait d'autres victimes: les étudiants de l'Université de Lorraine. Des cas on été répertoriés dans les résidences universitaires du site du Saulcy, à Metz

"La literie est changée à chaque départ et arrivée d'un étudiant"

Pour le Crous, l'organisme en charge des logements étudiants, ce problème "n'est pas une nouveauté": "Depuis septembre, nous avons quelques étudiants qui sont venus nous le signaler", explique, Aurélie Combo, la responsable des services santé et sécurité pour l'organisme. Mais elle souligne que ce problème est marginal.

Sur les 1054 chambres que nous gérons à Metz, nous avons moins d'une dizaine de cas déclarés"- Aurélie Combo, responsable des services santé et sécurité pour le Crous.

Au moment d'un emménagement ou d'un déménagement, un agent du Crous effectue un état des lieux. "La literie est changée à chaque départ et arrivée d'un étudiant", raconte la responsable. Si, durant l'année, des nuisibles sont remarqués par un des locataires, celui-ci doit le signaler à l'organisme en charge des lieux.

L'étudiant doit alors effectuer un nettoyage des draps-matelas-coussins-rideaux à la vapeur (60°C) ou les placer dans un lieu réfrigéré (-18°C), comme un congélateur pour se débarrasser des visiteurs dérangeants. "Si cela ne fonctionne pas, on fait appel en 48 heures à un société spécialisée qui utilisera des produits. Et tout cela est pris en charge par le Crous". Et la facture peut rapidement être salée: près de 100 euros, pour un seul étudiant.

Une demande qui explose chez les professionnels

Des mesures qui rassurent les étudiants, comme Christopher. Voilà trois mois qu'il a posé ses valises dans une des chambres de Metz. "Il y avait ici un piège à punaises de lit", explique cet aspirant en sociologie qui montre l'emplacement vide laissé par la boite servant à piéger les nuisibles, "les agents du Crous nous indiquent quand il viennent pour la relever, il y a des messages d'informations".

S'il y a des problèmes sanitaires, vu la taille des bâtiments, je peux le comprendre. Là où je comprendrais moins, c'est s'il y a des soucis, et que personne ne fait rien"- Christopher, étudiant.

Depuis ce reportage, les punaises de lit semblent s'être propagées. Une de ses amies connait depuis tout récemment quelques déboires...

Une punaise de lit prise en photo par un étudiant de l'Université de Lorraine, à Metz. L' animal de sept millimètres se niche dans les rideaux de sa chambre universitaire. - Aucun(e)
Une punaise de lit prise en photo par un étudiant de l'Université de Lorraine, à Metz. L' animal de sept millimètres se niche dans les rideaux de sa chambre universitaire.
La photo transmise par cette étudiante de l'Université de Lorraine, à Metz. Son bras a été la cible de punaises de lit. - Aucun(e)
La photo transmise par cette étudiante de l'Université de Lorraine, à Metz. Son bras a été la cible de punaises de lit.
La photo transmise par cette étudiante de l'Université de Lorraine, à Metz. Son bras a été la cible de punaises de lit. - Aucun(e)
La photo transmise par cette étudiante de l'Université de Lorraine, à Metz. Son bras a été la cible de punaises de lit.

Frédéric constate bien cette demande qui explose. Cela fait 4 ans qu'il a rejoint l'entreprise DKM Experts. Spécialisée dans le traitement des nuisibles, les punaises de lit sont en tête de gondole, presque "40% des interventions": Quand j'ai débuté, c'était peut-être six cas par mois; aujourd'hui, c'est 80!".

Chaleur et accouplement

Selon ce responsable technique, la raison de cet envahissement est toute simple: la chaleur. "Nous avons l'habitude aujourd'hui de vivre dans des lieux bien chauffés. Entre 18° et 25°C, c'est le terreau idéal pour qu'elles prolifèrent". Ajoutez à cela une bonne dose de résistance:"Ce sont des insectes qui peuvent, après vous avoir mordu, ne plus se nourrir pendant 18 mois. Il leur en faut peu pour survivre", ainsi qu'une certaine fertilité, "trois à quatre œufs pondus chaque nuit par la femelle!" et vous obtenez ce nuisible redoutable.

Pour l'éliminer, la solution est simple: soit nettoyer sa literie par 60°C, soit en l'installant quatre jours par -18°C. L'autre procédé consiste à demander l'aide de professionnels. Comptez pour trois interventions entre 380 et 480 euros pour un logement de 100 m². Et si vous devez vous débarrasser d'objets "contaminés" vous ne ferez que transposer le problème ailleurs. Le moyen le plus sûr est de traiter l'objet pour éviter toute nouvelle infection.