Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Puy-de-Dôme : la vaccination contre la Covid-19 débute au compte-gouttes dans les pharmacies

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Se faire vacciner contre la Covid-19, c’est désormais possible depuis ce jeudi dans quelques unes des 237 pharmacies du Puy-de-Dôme. Mais les doses se font rares, chaque officine ne peut administrer que 20 vaccins par semaine ce qui est largement insuffisant par rapport à la demande.

Nicolas Verdier pharmacien à Clermont-Ferrand vaccine une de ses clientes âgée de 74 ans
Nicolas Verdier pharmacien à Clermont-Ferrand vaccine une de ses clientes âgée de 74 ans © Radio France - Jean-Pierre de Mongelas

Enfin ! Après plusieurs jours de flottement autour du vaccin AstraZeneca qui a été suspendu avant d’être de nouveau autorisé, la vaccination dans les pharmacies du Puy-de-Dôme a démarré ce jeudi, mais il faudra attendre la semaine prochaine pour que l'ensemble des pharmacies habilitées à vacciner reçoivent les doses commandées. 

Nicolas Verdier le président de l'USPO (union des syndicats de pharmaciens d'officines) pour le Puy-de-Dôme a reçu deux flacons pour la semaine ce qui représente une vingtaine de dose, pas de quoi répondre à sa liste d'attente longue dés le premiers jours de 150 rendez-vous. "Dans cette course contre-la-montre, il faut vacciner rapidement, mais les doses de vaccins n'arrivent pas chez les pharmaciens", regrette-t-il.

7,90 € gagnés par injection

Dans les deux prochaines semaines, il ne faudra pas espérer pouvoir vacciner plus de 20 personnes par semaine et par officine, explique-t-il. "Les centres de vaccination reçoivent beaucoup de doses de vaccins mais les libéraux, que ce soit les médecins, les sages femmes, les infirmières (qui n'ont toujours pas le droit de vacciner en ville) et nous les pharmaciens, on les reçoit au compte-gouttes. La livraison des flacons de vaccin devrait monter en puissance par palier à partir de mi-avril ou fin avril. C'est dommage car le réseau des pharmaciens est capable d'absorber plusieurs millions de vaccinations en une semaine. On l'a bien vu avec le vaccin contre la grippe, la première semaine on a piqué un million et demi de personnes." C'est une nouvelle activité dont héritent les pharmaciens après les tests antigéniques qu'ils sont autorisés à pratiquer. Pas de quoi s'enrichir pour autant tient à préciser Nicolas Verdier,_"_on gagne 7,90 € par injection cela nous prend 20 minutes, je pense qu'un plombier gagne beaucoup plus que cela à l'heure !"

Les pharmaciens du Puy-de-Dôme prêts pour la vaccination malgré le manque de doses
Les pharmaciens du Puy-de-Dôme prêts pour la vaccination malgré le manque de doses © Radio France - Jean-Pierre de Mongelas

Le gouvernement nous prend pour des dindons - Nicolas Verdier, président du syndicat USPO Puy-de-Dôme

"Les facteurs d'éligibilité changent d'un jour à l'autre, c'est à n'y rien comprendre", souffle désabusé Nicolas Verdier. "C'était d'abord les gens de plus de 50 ans, puis jusqu'à mercredi c'était les patients âgés de 75 ans et plus. Finalement nous pouvons vacciner en pharmacie les personnes sans aucune pathologie à partir de 70 ans et les patients entre 55 et 69 ans avec de la comorbidité, c'est-à-dire atteints de maladies comme par exemple l'hypertension et le diabète. 

Selon l'union des syndicats de pharmaciens d'officines, 95% de ses adhérents formés et dont les locaux sont agrées par l'agence régionale de santé, assureront la vaccination des patients qui prendront rendez-vous. Pour ceux qui souffrent de comorbidité et âgés de moins de 70 ans, ils devront fournir une ordonnance qui le prouve. Parallèlement, la pharmacie de "La Colonne" continue les tests antigéniques et Nicolas Verdier s'inquiète du nombre croissant de cas positif à la Covid-19.

Une pharmacie du Puy-de-Dôme habilitée à vacciner
Une pharmacie du Puy-de-Dôme habilitée à vacciner © Radio France - Jean-Pierre de Mongelas
Choix de la station

À venir dansDanssecondess