Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Puy-de-Dôme : un opérateur privé pour dynamiser le thermalisme à Royat

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

La ville de Royat va confier la gestion des thermes et de Royatonic à un opérateur privé. Le projet retenu prévoit des travaux de modernisation pour accueillir 11 000 curistes par an, avec une nouvelle indication thérapeutique : la phlébologie.

Le hall des sources
Le hall des sources © Radio France - Dominique Manent

L'avenir de Royat est en train de se jouer. La mairie a choisi la formule de la DSP, la Délégation de Service Public, pour la gestion des thermes, ce qui lui permet de rester propriétaire des bâtiments et des sources. Elle a reçu deux offres, et l'une d'elle correspond au cahier des charges : développer le thermalisme et réhabiliter les bâtiments. Le nom du candidat, un groupe privé qui connait bien le secteur, sera officiellement dévoilé le 16 mars prochain. Si tout va bien, la gestion déléguée débutera en janvier 2021. Le projet prévoit l'investissement de 25 millions d'euros. Dominique Ferrandon, le directeur des thermes,  est convaincu : "C'est un vrai projet thermal".

Ouvrir les thermes sur la ville

Aujourd'hui, les discussions se font à deux niveaux. La mairie discute des questions administratives, juridiques, et financières, quand la direction des thermes parle travaux, bâtiments, architecture. 

Dominique Ferrandon résume le projet : "La partie côté avenue de Royat est traitée avec des esplanades, avec des choses qui vont  amener naturellement les gens vers la partie thermale. La deuxième chose, c'est la remise en valeur du patrimoine. Tous les bâtiments qui dénaturent l'architecture patrimoniale des thermes seront détruits et on va reconstruire des bâtiments qui seront à hauteur raisonnable, pour avoir une perspective sur la partie ancienne".

Les travaux, qui s'échelonneront jusqu'à la fin 2023- début 2024, ne devraient pas perturber les cures. Elles se dérouleront donc normalement.

Obtenir une 3e indication thérapeutique : la phlébologie

Ce projet prévoit également d'étendre le champ thérapeutique de la station. Après les maladies cardio-artérielles et la rhumatologie, Royat va demander une 3e orientation : la phlébologie. 

Là aussi, Dominique Ferrandon est enthousiaste : "70 % des curistes qui font une cure avec une deuxième indication la font en phlébologie. Le curiste type, pour nous, c'est quelqu'un qui a entre 40 et 60 ans, qui a quelques soucis de rhumatismes ou de mal de dos, mais qui a aussi des soucis de circulation. Ce sont vraiment les deux pathologies du monde moderne !".

Aujourd'hui, Royat accueille 8 000 mille curistes par an. _L'idée, c'est d'en recevoir 11 000 d'ici 4 à 5 ans, mais en fonctionnant sur des journées entières_

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu