Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : 2020-2021 : 12 mois avec le coronavirus qui ont changé nos vies

QR Code, protocole, "pass sanitaire" : à quoi devrait ressembler la réouverture des bars et restaurants ?

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Berry

À l'occasion d'une journée spéciale consacrée à ces douze mois qui ont changé nos vies, France Bleu se penche sur les modalités de réouverture des bars et restaurants. Aucune date précise n'est avancée par le gouvernement. Des outils et des plans sont en revanche à l'étude.

Le QR Code est déjà utilisé en Allemagne, ici à Berlin.
Le QR Code est déjà utilisé en Allemagne, ici à Berlin. © Maxppp - Jörg Carstensen/dpa/picture-alliance/Newscom

Quand pourrons-nous de nouveau nous asseoir au restaurant ? Boire un verre au comptoir d'un bar ou en terrasse ? La parenthèse de cet été entre deux confinements semble bien loin. Depuis, la réouverture de ces établissements a été maintes fois repoussée. Et un an après le premier confinement, le gouvernement ne se risque plus à avancer de date précise. Après une réunion avec les organisations patronales, mardi 16 mars, il a toutefois présenté un plan en trois étapes pour les bars et restaurants. Par ailleurs, le gouvernement a expliqué travailler à un "plan discothèques" pour fin mars et à des mesures spécifiques aux traiteurs et organisateurs de réceptions, selon les organisations patronales.

Pas de calendrier mais une réouverture en trois étapes

Les ministres rencontrés par les professionnels de l'hôtellerie restauration "ont proposé un plan de réouverture en trois phases" de quatre semaines chacune, "sans donner de dates précises (...) précisant que la reprise d'activité était soumise à deux indicateurs : le nombre de cas de contamination par jour et le nombre de personnes vaccinées", indiquent dans un communiqué commun ces organisations (Umih, GNI, GNC, SNRCT).

La première phase permettrait juste aux clients des restaurants d’hôtels de prendre leur petit déjeuner dans la salle de restauration, tandis que la deuxième verrait les terrasses mais aussi les salles des cafés et restaurants - y compris ceux des hôtels -, rouvrir à 50% de leur capacité d'accueil. Quant à la troisième phase, ce serait une "ouverture complète des établissements, sans jauge, mais toujours dans le respect du protocole sanitaire renforcé". Le patronat du secteur souhaite qu'en phase 1, les restaurants d'hôtels puissent également accueillir leurs clients pour le dîner et que cafés et restaurants soient autorisés à ouvrir leurs terrasses. Les aides des entreprises (activité partielle, adaptation du fonds de solidarité et exonération des charges patronales) seront maintenues, selon les mêmes sources.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Malgré l'absence de date, ce plan est une belle avancé pour Didier Chenet, président du groupement national des indépendants en hôtellerie et restauration (GNI) : "On sait que nous aurons huit semaines entre la première date et l'ouverture de nos restaurants. Pour nous, c'est déjà quelque chose d'important. On a enfin la visibilité que nous demandions au gouvernement" et "on peut espérer avec tout cela qu'on sera prêt au plus tard, mi-juin, début juillet".

Quels sont les outils envisagés par le gouvernement ?

Un protocole sanitaire similaire à celui de septembre 2020

Pour accompagner ce plan de reprise d'activité, un protocole sanitaire sera à respecter. Il s'agira "du protocole sanitaire renforcé de septembre 2020" selon les organisations patronales, c'est-à-dire distance entre les tables, gel hydroalcoolique à l'entrée, port du masque lors des déplacements, etc. Le secrétaire d'Etat Jean-Baptiste Lemoyne avait en effet évoqué le 10 mars dernier sur le plateau de Public Sénat un protocole sanitaire "très rigoureux".

Pour rouvrir au plus vite et au mieux, les professionnels mettent aussi la main à la pâte. A Colmar par exemple, le chef étoilé Eric Girardin planche sur des solutions innovantes pour garantir "zéro Covid" dans son établissement. Il compte par exemple mettre en place un espace pour chaque employé en cuisine, pour qu'ils ne se croisent pas ; décontaminer les assiettes grâce à une UV Led ; espacer de deux mètres les convives avec des plexiglas ; demander un test salivaire à l'entrée ; ou encore mettre un adhésif auto-décontaminant sur les poignées de porte.

Des plexiglas pour séparer les clients.
Des plexiglas pour séparer les clients. © Radio France - Guillaume Chhum

Un QR Code à l'entrée des bars et restaurants

Par ailleurs, "un dispositif de traçage de la clientèle au moyen d'un QR code [sorte de code-barres qui ouvre une page web quand on le scanne avec un téléphone [NDLR] à flasher à l'entrée" des établissements va s'ajouter à ce protocole sanitaire, indiquent les organisations patronales. Jean-Baptiste Lemoyne a évoqué la possibilité "d'enrichir [l'application, NDLR] Tous AntiCovid, faire en sorte d'améliorer la traçabilité". A la place des cahiers dans lesquels les clients notaient leurs coordonnées à l'entrée des restaurants et bars, un QR Code serait mis à disposition. Les clients recevraient ainsi une alerte sur leur téléphone si une autre personne présente dans l'établissement se déclare par la suite positive au Covid-19. "Ca permet de mieux tracer, d'inciter les gens à aller se faire dépister et ainsi de remonter les chaînes et lutter contre le virus, tout en reprenant une vie normale."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Ce QR code "sera mis en place dans la totalité de nos établissements, à l'entrée. Mais si quelqu'un n'a pas de smartphone ou s'il refuse de cliquer sur le QR Code, nous aurons toujours le même carnet de rappel que nous avions déjà mis en place", a précisé Didier Chenet.

Le "pass sanitaire", un nouveau passe-partout ?

Le gouvernement réfléchit aussi à l'instauration d'un "pass sanitaire", outil qui permettrait à ceux qui l'obtiennent de voyager plus facilement et d'accéder à des lieux aujourd'hui fermés. En Israël, l'un des premiers pays à l'avoir mis en place, ce "passeport vert" permet par exemple de retourner dans les bars, cafés et restaurants.

Plusieurs pistes sont évaluées au niveau national et européen pour déterminer ses critères d'obtention. Il pourrait être délivré aux personnes vaccinées, à celles ayant déjà eu le coronavirus ou encore à celles présentant un test négatif récent. L'Union européenne doit présenter son projet ce mercredi.

Concernant son format, Emmanuel Macron avait évoqué un document numérique. Il pourrait éventuellement être disponible sur l'application Tous AntiCovid avec laquelle les clients scanneraient un QR Code placé à l'entrée des établissements. 

"Réouvertures tests"

Pour préparer au mieux la réouverture des bars et restaurants, certains demandent à ce que soient organisés des repas "tests" dans des restaurants. Le président de la Région PACA Renaud Muselier et la présidente du Département des Bouches-du-Rhône Martine Vassal en ont fait la demande au ministre de la Santé Olivier Véran fin février. Ils souhaitent mener cette expérience dans quatre restaurants du département avec un protocole strict : désinfection des tables et chaises entre chaque client, gel hydroalcoolique, espace entre les convives, pas plus de six clients par table et dépistage systématique par test salivaire avant l'entrée dans l'établissement. Les résultats seraient connus en 10 minutes, selon ce protocole. Ils n'ont pas obtenu de réponse de la part de l'Etat.

Didier Chenet, président du Groupement national des indépendants, hôtellerie et restauration (GNI), demande lui sur franceinfo de pouvoir mener ces tests "dans des régions qui sont moins concernées par le Covid-19. Je pense à tout l'arc Atlantique, particulièrement la Bretagne, et même des zones rurales qui ne sont pas touchées."

Demande de réouverture le midi

Certains restaurants ont pu rouvrir le midi pour accueillir les routiers ou les salariés du BTP afin de leur éviter de manger dehors ou dans leurs véhicules. Pour cela, des conventions ont été passées entre les préfectures et les chambres de commerce et d'industrie (CCI) ou les unions des métiers de l'hôtellerie et de la restauration (umih).

Mais une centaine de députés et de sénateurs veulent aller plus loin et demandent au gouvernement de rouvrir tous les restaurants pour le déjeuner. Le député MoDem du Loiret, Richard Ramos, à l'origine du courrier des députés veut "réparer une forme d'injustice" alors que certains restaurants d'entreprise sont ouverts et que les plateformes de livraison et les grandes enseignes tournent à plein régime mais aussi répondre "à la détresse psychologique des Français" et éviter une désertion de la profession. D'après Didier Chenet, "près de 110.000 salariés ont quitté le métier" depuis le début de la crise sanitaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess