Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Quand des communes de Côte-d’Or proposent des mutuelles pas chères

-
Par , France Bleu Bourgogne

La mairie de Reulle Vergy vient de signer une convention pour permettre à ses habitants d'adhérer à une mutuelle santé à des conditions avantageuses. C'est la sixième commune de Côte-d'Or partenaire de l'association ACTIOM, qui négocie des contrats avec plusieurs mutuelles.

Photo d'illustration - Le remboursement des frais d'hospitalisation, l'un des critères de garanties à ne pas négliger
Photo d'illustration - Le remboursement des frais d'hospitalisation, l'un des critères de garanties à ne pas négliger © Maxppp - Jean-Luc Flémal

Côte-d'Or, France

Depuis deux ans, la ville de Montbard a signé une convention pour mettre en place une mutuelle communale « Ma commune ma santé ». Une solution clé en main qui ne lui coûte rien, organisée par l'association ACTIOM (Actions de mutualisation pour l'amélioration du pouvoir d'achat), dont Romain Crocco est référent en Bourgogne. « L’association elle-même n’a pas vocation à être une mutuelle parce que d’abord c’est interdit par le droit public. On est là pour représenter nos adhérents, nos assurés. Ensuite on a négocié avec nos quatre mutuelles partenaires des offres spécifiques, plus d’une dizaines de formules différentes. Le prérequis c’est évidemment une qualité de service irréprochable, et des tarifs les plus justes ».

A Montbard, depuis 2017

L’initiative répond aux attentes de certains habitants, précise Catherine Pitois, conseillère municipale de Montbard, déléguée à la santé : « des jeunes sans ressource, des personnes âgées, en fin de carrière, des artisans ont pu venir sur cette mutuelle et nous avons fait plus de 160 adhésions, sur une petite ville de 5500 habitants ».

Quand elle a appris que la mairie organisait une réunion d'information, Chantal Bersuat, 75 ans, a saisi l'occasion, parce que la facture mensuelle de sa complémentaire santé avait atteint une somme difficilement compatible avec sa pension de retraite : « j’étais choquée, j’ai dit que je n’allais pas rester là-dedans. 206 euros par mois. Et c’est là que je suis entrée dans cette mutuelle. C’était très intéressant, à 146 euros à peu près ». Jean-Luc Fournier, un autre habitant de la ville, a calculé que son changement de mutuelle avait dégagé une économie de 1000 euros par an.

Également au bénéfice du personnel communal

Le gain est beaucoup plus modeste pour Victor Gossotte, mais son nouveau contrat offre en plus de meilleurs remboursements. Pourtant il n’habite pas à Montbard. Mais il y travaille, en tant qu’employé communal, et a pu à ce titre bénéficier du dispositif. Il a été convaincu par un autre argument : « si jamais je suis amené à ne plus travailler à Montbard, je pourrai garder ma mutuelle, ça ne posera aucun problème ». Car s’il est nécessaire d’ouvrir son contrat dans une commune conventionnée avec ACTIOM, on peut ensuite déménager à sa guise en conservant sa mutuelle.

L'adhésion est très facile, puisque sans exigences particulières, sans conditions d’âge ni nécessité de répondre à un questionnaire médical. Le dispositif existe également à Chevigny-Saint-Sauveur, depuis 2015, où comme à Montbard, les employés de la commune peuvent en bénéficier, même s'ils résident ailleurs. La mutuelle communale, c’était une promesse de campagne, rappelle Lucienne Pusset, adjointe au maire, déléguée au Centre communal d'action sociale : « Ma commune ma santé proposait au départ trois compagnies d’assurance, chacune avec trois types de contrats. Les gens choisissaient celui qu’ils voulaient. Tout le monde peut y adhérer. Je me suis occupée d’une personne qui payait 130 euros par mois, pour peu de garanties. On est arrivé à négocier un contrat aux alentours de 90 euros".

Plus il y a d'adhérents, mieux cela fonctionne

Mais comment peut-on faire aussi bien, voire mieux, et moins cher que la concurrence ? Le secret, c'est le nombre, répond Romain Crocco : « le nombre fait la force, plus il y a un nombre important d’adhérents dans cette mutuelle, plus ça nous permet, avec nos compagnies partenaires, d’étoffer nos services, de limiter les hausses tarifaires ou d’augmenter les garanties ». Aucun seuil d'adhérents n'est fixé dans les communes pour mettre en place la mutuelle communale. Cela fonctionne avec une seule comme avec 200 adhésions. 2914 communes ont à ce jour signé une convention avec l'association ACTIOM. En Côte d’Or, Reulle Vergy vient de rejoindre le dispositif, comme Montbard, Chevigny-Saint-Sauveur, mais aussi Talant, Semur-en-Auxois, et Quincey.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu