Santé – Sciences

Quand les égouts d'Orléans racontent notre histoire

Par Anne Oger, France Bleu Orléans et France Bleu lundi 5 décembre 2016 à 4:47

Les géologues de l''Institut des Sciences de la Terre d'Orléans - CNRS/Université d'Orléans/BRGM
Les géologues de l''Institut des Sciences de la Terre d'Orléans - CNRS/Université d'Orléans/BRGM - ©Cyril FRESILLONISTOCNRS Photothèque

Faire parler les sédiments accumulés dans le système de traitement des eaux usées de l'agglomération orléanaise. C'est le sujet de recherches que dirige Jérémy Jacob, géologue au CNRS d'Orléans. L'objectif : mieux connaître notre histoire, à travers les résidus laissés par l'homme.

Aller fouiller dans les égouts d'une ville pour mieux comprendre notre époque moderne, celle que les scientifiques appellent l'anthropocène (période de l'histoire de la Terre caractérisée par l'impact de l'homme sur son environnement), c'est une idée qui peut sembler un peu farfelue au départ. Mais quand l'Agglo d'Orléans a lancé le chantier de réfection de sa chambre à sable, quai Madeleine en bord de Loire, ce bassin dans lequel passent les eaux usées pour y être filtrées avant leur rejet dans la Loire, Jérémy Jacob a sauté sur l'occasion. Géologue à l'Institut des Sciences de la Terre d'Orléans (CNRS/Université d'Orléans/BRGM), il creuse un peu partout en France et dans le monde, pour découvrir des traces des grandes ères qu'a traversée la Terre. Lui, sa spécialité, c'est plutôt l'Holocène, les 10 000 dernières années.

La ville, c'est là où on peut recueillir un maximum d'informations sur cette période de notre histoire que l'on appelle aujourd'hui l'anthropocène, celle qui est caractérisée par l'impact de l'homme sur son environnement. Ici, avec ces sédiments recueillis dans le système d'assainissement de l'agglomération orléanaise, nous avons un livre d'histoire qu'il nous faut maintenant feuilleter

Mais cette chambre à sable fonctionnait très mal depuis sa construction en 1942, et loin de s'évacuer en Loire, beaucoup de sédiments se sont en fait accumulés dans les bacs, offrant un matériau de recherches presque inespéré pour un géologue. Jérémy Jacob a vite compris l'intérêt scientifique de cet équipement, et il a rallié à sa cause plusieurs chercheurs du CNRS, géologues mais aussi spécialistes des polluants, chimistes, et chercheurs en sciences humaines. "Les sédiments nous racontent une histoire, c'est comme un livre dont nous tournons les pages, là notre livre fait 17 mètres de profondeur et couvre 70 ans d'histoire, une véritable aubaine. Quoi de mieux que la ville pour comprendre l'action de l'homme sur son environnement, c'est là qu'on peut avoir un maximum d'informations. Ca peut effectivement ne pas paraître très glamour, comme recherches, mais vous savez, ceux qui fouillent les roches sédimentaires formées par les déjections des animaux, ça n'est pas très différent".

La chambre à sable du réseau d'assainissement orléanais, quai Madeleine à Orléans - Aucun(e)
La chambre à sable du réseau d'assainissement orléanais, quai Madeleine à Orléans - ©Cyril FRESILLONISTOCNRS Photothèque

Jérémy Jacob, chercheur au CNRS d'Orléans, explique la démarche de l'équipe

L'espoir de remonter jusqu'à 1942 à travers de nouveaux forages en 2017

Pour récolter ces informations, la méthode ne change pas. Les géologues la connaissent bien : il faut forer, planter des tubes de plastiques le plus loin possible dans la matière, sortir ce qu'on appelle des carottes, dont la composition sera ensuite scrupuleusement étudiée en laboratoire. Pour le moment, Jérémy Jacob et son équipe ont foré à trois mètres dans cette couche de sédiments. Ce qui leur permet de remonter aux années 1980. Ils espèrent creuser bien plus profond l'an prochain, et remonter, pourquoi pas, jusqu'en 1942. Déjà ils ont repéré la traces de certaines molécules liées à l'activité humaine, sont capables, à l'oeil nu, à travers les différents matériaux découverts, de reconnaître la marque des saisons, et Jérémy Jacob pense être en mesure de trouver même de nouveaux polluants, ce qui permettrait ensuite de mieux les repérer en milieu naturel.

Les sédiments sont étudiés au laboratoire de l'Institut des Sciences de la Terre d'Orléans  - Aucun(e)
Les sédiments sont étudiés au laboratoire de l'Institut des Sciences de la Terre d'Orléans - ©Cyril FRESILLONISTOCNRS Photothèque

Vous pouvez vivre cette expérience en photos (et en anglais) ici