Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Quatre conseils pour éviter l'encombrement des urgences à l'hôpital du Mans

mercredi 26 décembre 2018 à 4:54 Par Bertrand Hochet, France Bleu Maine

Entre les congés des médecins généralistes et l'arrivée des épidémies, la période des vacances de Noël est chargée pour l'hôpital du Mans. Le service des urgences fait face à un pic d'activité qui devrait se poursuivre début janvier.

Médecins et régulateurs du SAMU se relayent 24h/24, 7j/7
Médecins et régulateurs du SAMU se relayent 24h/24, 7j/7 © Radio France - Christelle Caillot

Le Mans, France

En cette période de vacances de Noël, l'hôpital du Mans connaît, comme chaque année, un pic important d’activité. Sauf événement majeur, le service des urgences ne sera pas débordé pendant la nuit du 31 décembre, en général assez calme en Sarthe. “L’organisation est la même que d’habitude : pas de renfort en personnel, pas de restriction non plus”, résume le docteur Benoit Derrien. Le chef du pôle urgences médecine et réanimation au centre hospitalier du Mans explique : ”au SAMU, comme aux urgences, le personnel est prêt à accueillir un nombre de patients plus important que d’habitude, du fait de la fermeture temporaire, pour congés, des cabinets médicaux et des épidémies traditionnelles de fin d’année : grippe et gastro-entérite”. Pour faire face à un nombre plus important d’hospitalisations, “une unité de trente lits est ouverte pendant quelques semaines”, ajoute le médecin. 

Les  conseils du docteur Benoit DERRIEN, chef du pôle urgences médecine et réanimation au centre hospitalier du Mans : 

Pour une consultation ou un avis médical 

“En dehors des horaires d’ouverture des cabinets médicaux, il faut composer le 116-117 pour obtenir un conseil, de façon à être, le cas échéant orienté vers une maison médicale de garde du département”. Il faut préciser que le service ADOPS 72 qui assure, en Sarthe, la permanence des soins en organisant les gardes des généralistes, prévoit “des renforts, le samedi matin”. C’est une première en période de Noël. 

Pour une urgence 

Il faut composer le 15, le numéro du SAMU qui “traite les urgences vitales”. Après discussion avec vous, un médecin prendra la décision la plus appropriée. (Dans les faits, le 116-117 et le 15 travaillent conjointement, sur la même plateforme téléphonique).

En cas de symptômes de grippe 

“Il faut avant tout consulter, si possible, un médecin généraliste. Soit son médecin traitant. Soit son remplaçant. Soit un autre praticien, à la maison médicale de garde. En cas de symptômes importants, associés à une ou plusieurs autre(s) pathologie(s), le recours aux urgences peut être nécessaire, sur avis médical. Les personnes âgées, les femmes enceintes et les enfants en bas âge sont les populations les plus à risque”. 

A noter que la vaccination contre la grippe reste possible. “Il n’est pas trop tard! Nous voyons, certes, quelques cas arriver. Mais nous ne sommes pas au début de l’épidémie. Sachant qu’il faut environ une quinzaine de jours au vaccin pour être efficace”. 

Éviter la gastro-entérite 

Le conseil le plus simple : “veiller à se laver fréquemment les mains!”. Il faut aussi “éviter de fréquenter les personnes qui sont déjà malades. Ce n’est pas forcément simple, en cette période de réunions de famille. Nous constatons souvent, d’ailleurs, un début d’épidémie de gastro entre le 25 décembre et le 1er janvier”. 

L’hôpital du Mans s’attend, également, à connaître comme chaque année, un pic d’affluence, plus tard, courant janvier : “on sait que pendant les périodes de congés, les gens vont plus facilement échanger des virus et que de nombreuses personnes, pendant les vacances ne vont pas aller voir leur médecin traitant, ce qui peut entraîner une aggravation de certaines maladies”.