Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Quatrième vague, pass sanitaire, amende : ce qu'il faut retenir du point presse du gouvernement

Par

Le projet de loi contenant l'extension du pass sanitaire a été adopté en Conseil des ministres ce lundi. Le gouvernement indique maintenir ce pass dans certains centres commerciaux, alors que le Conseil d'État avait retoqué cette mesure. Gabriel Attal a souligné l'explosion du nombre de cas.

Gabriel Attal a tenu un point presse à l'issue du Conseil des ministres. Gabriel Attal a tenu un point presse à l'issue du Conseil des ministres.
Gabriel Attal a tenu un point presse à l'issue du Conseil des ministres. © AFP - Ludovic MARIN

Le porte-parole du gouvernement tire une nouvelle fois la sonnette d'alarme. "Nous sommes entrés dans une quatrième vague", a indiqué Gabriel Attal à la sortie du Conseil des ministres, ce lundi 19 juillet. Lors de cette réunion, le projet de loi contenant l'extension du pass sanitaire a été adopté. Plus tôt dans la journée, il avait été validé par le Conseil d'Etat, qui avait toutefois fait part de certaines réserves . Ces réserves n'ont pas été totalement suivies par le gouvernement. 

Publicité
Logo France Bleu

Pass sanitaire obligatoire dans certains centres commerciaux

Le Conseil d'État avait retoqué la nécessité de présenter le pass sanitaire dans les très grands centres commerciaux mais le gouvernement souhaite maintenir cette mesure. La taille de ces grands centres sera définie par décret, en tenant compte de l'avis du Conseil d'Etat sur le sujet, a précisé Gabriel Attal. "Le pass pourra être requis dans les centres commerciaux dès lors que sera garanti l'accès aux biens de première nécessité à l'échelle du territoire", a-t-il indiqué.

Jusqu'à 1.500 euros d'amende

En cas de premier manquement au contrôle du pass sanitaire, la contravention pourra aller "jusqu'à 1.500 euros pour une personne physique et 7.500 euros pour une personne morale", a annoncé Gabriel Attal. Ce montant est inférieur au premier souhait de l'exécutif qui avait proposé une amende de 9.000 euros avant de se heurter aux remarques du Conseil d'Etat.

Pas de contrôle de l'isolement obligatoire entre 23 heures et 8 heures

Aussi, Gabriel Attal a annoncé que l'isolement obligatoire des personnes contaminées par le Covid-19 ne seraient pas contrôlées entre 23 heures et 8 heures. Le Conseil d'État avait recommandé de ne pas procéder à des contrôles de police à domicile après 21 heures.

Une "période de rodage" mais pas de report

Le porte-parole du gouvernement a également indiqué qu'il y aura une "période de rodage" d'une semaine ou "un peu plus" après l'extension du pass sanitaire, "c'est-à-dire que les personnels, les forces qui vont être mobilisés pour les contrôles, vont l'être dans un premier temps pour l'accompagnement des établissements dans la mise en œuvre du pass sanitaire", a-t-il expliqué.

"Il ne faut pas considérer que cela reporte la date d'entrée en vigueur du pass sanitaire", a-t-il souligné. Le porte-parole a répété qu'il entrerait en vigueur pour les lieux de culture "à partir de mercredi" et pour les restaurants, les bars "à partir de début août, quand la loi sera promulguée". "Le pass sanitaire entre en vigueur aux dates qui sont prévues. Simplement au départ, les forces de sécurité mobilisées pour faire les contrôles le feront, non pas pour contrôler et verbaliser les personnes, mais pour les aider, les accompagner", a-t-il insisté.

"Nous changeons la loi pour changer la donne"

Ces nouvelles mesures sont nécessaires, selon l'exécutif, pour freiner une épidémie qui explose de nouveau. Santé publique France a fait état de 4.151 cas détectés en 24 heures, contre 1.260 lundi dernier. Le taux d'incidence atteint 86 cas pour 100.000 habitants, soit une hausse de 125% en une semaine. "Une hausse aussi forte, aussi soudaine, nous n'en avions jamais connue depuis le début de l'épidémie dans notre pays", a souligné Gabriel Attal. Par ailleurs, "39 départements ont dépassé le seuil d'alerte" , dit-il, ajoutant que "la couverture vaccinale reste insuffisante dans notre pays". La pression sur l'hôpital reste modérée mais les chiffres sont à la hausse.

"Nous changeons la loi pour changer la donne", a donc indiqué Gabriel Attal. "Cette loi offre les mesures les plus efficaces et les moins contraignantes possibles". "Nous assumons de prendre des mesures inédites parce que cette crise est inédite. Nous assumons d'avancer parce que nous refusons que tous nos concitoyens soient amenés à payer pour l'attentisme, parfois le cynisme, voire l'égoïsme de certains", assure-t-il.  

Covid19. L'évolution du taux d'incidence, le taux dans les départements © Visactu

Ma France : Mieux vivre

Hausse généralisée du coût de la vie, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent ainsi une nouvelle consultation citoyenne intitulée “Mieux vivre”. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres.

L'info en continu

Publicité
Logo France Bleu