Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

"Quel formidable outil !" : quand Skype remplace les visites en Ehpad, coronavirus oblige

-
Par , France Bleu Berry

Depuis plus de dix jours désormais, les visites en Ehpad sont totalement interdites pour éviter de transmettre le coronavirus aux personnes âgées et fragiles. Alors pour compenser, les maisons de retraite mettent en place des appels visio entre les résidents et leurs familles. Exemple dans l'Indre.

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp - Jean-Pierre Amet

Ne plus recevoir la visite de ses enfants, ses petits-enfants, voir ses arrières-petits-enfants : c'est un véritable crève-cœur pour les nombreux seniors hébergés en Ehpad. Dans l'Indre et partout en France, les visites sont interdites depuis le 11 mars, pour éviter de contaminer cette population âgée et fragile. Pour lutter contre la déprime et la solitude, les établissements mettent peu à peu en place des appels en visioconférence, par Skype notamment. C'est le cas dans les Ehpad d'Argenton-sur-Creuse et de Saint-Gaultier, qui travaillent ensemble.

"On a une dame, quand elle a vu sa fille à l'écran, elle était émerveillée"

"Quand on a su qu’on allait interdire les visites, on s’est dit « il faut absolument qu’on réagisse, qu’on ne laisse pas les résidents s’ennuyer et perdre le moral »", explique Patricia Douda-Pipereau, animatrice à l'Ehpad du Clos du Verger, à Argenton. "Donc on a pris un ordinateur portable, les techniciens nous ont installé Skype, et puis c’était parti : on a contacté les familles."

Un coup de téléphone ou un mail aux familles des quelque 105 résidents de l'établissement, ce ne fut pas chose aisée, mais tout le personnel s'y est mis. Et les premiers appels ont commencé vendredi. "On a une dame, quand elle a vu sa fille, elle était émerveillée de voir sa fille, comme ça, à travers l'écran. Elle nous a dit "mais quel formidable outil, la technologie !" Je vous jure, c'était touchant", raconte Patricia. 

Les résidents sont enchantés de pouvoir converser avec leurs familles

"On va essayer de répondre le plus possible à toutes les personnes qui ont envie de communiquer"

Il y a forcément quelques petits soucis de connexion, mais chacun fait avec, assure l'animatrice. "On a eu une conversation un peu compliquée, ça dépend de l'endroit d'où appellent les gens. Mais on se reconnecte et on recommence, ce n'est pas trop grave ! On va essayer de répondre le plus possible à toutes les personnes qui ont envie de communiquer."

Même chose pour les horaires, flexibles. "On a planifié les rendez-vous les lundi, mercredi et vendredi entre 14h et 15h30. Après, si ça déborde, ça déborde un peu, ce n'est pas grave !"

"On a de plus en plus de gens connectés en Ehpad"

Enfin, il y a même quelques résidents qui n'ont pas attendu pour se mettre à la page... "On a une résidente qui est connectée avec sa fille au Brésil. Elle a une page Facebook, elle a déjà Skype... C'est formidable ! Maintenant, on a de plus en plus de gens qui entrent en Ehpad et qui sont connectés, ça commence à venir", assure Patricia Douda-Pipereau. 

Pour les autres, qui n'ont pas encore tous les codes de la technologie numérique, le personnel de l'Ehpad est là pour les aider à communiquer avec leurs proches, pendant toute la durée de la crise. Et même après : "C'est un projet qui continuera par la suite, quand tout ira mieux, je pense qu'une fois par semaine ou tous les 15 jours, on proposera Skype pour ceux qui sont loin et qui ne peuvent pas se déplacer." Par ailleurs, l'Ehpad d'Argenton, comme celui de Saint-Gaultier, ont chacun des pages Facebook qui leur permettent de tenir les familles informées des dernières nouvelles. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess