Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Quels stocks ? Quels contrôles ? Les détails de la préfecture sur le masque obligatoire à Toulouse

-
Par , France Bleu Occitanie

Dès 7h du matin ce vendredi 21 août, le port du masque sera obligatoire dans toute la ville de Toulouse. Comment va se mettre en place ce dispositif ? Le secrétaire général de la préfecture de Haute-Garonne Denis Olagnon était l'invité de la matinale de France Bleu Occitanie ce jeudi.

Dès ce vendredi, masque obligatoire dans toute la ville de Toulouse.
Dès ce vendredi, masque obligatoire dans toute la ville de Toulouse. © Maxppp - VALENTINE CHAPUIS

Denis Olagnon a justifié ce port du masque obligatoire décidé en concertation avec la mairie de Toulouse évoquant "une mesure simple, claire. On a eu une accélération virale, multipliée par trois, sur l'ensemble de la ville. Je sors de chez moi je mets un masque."

"Nous avons la rentrée devant nous"

Les autorités craignent la rentrée alors que le seuil d'alerte a été franchi à Toulouse avec 64 cas pour 100.000 habitants. "Il faut réagir parce que nous avons devant nous la rentrée scolaire, universitaire. Nous avons atteint le seuil d'alerte et nous sommes sur une tendance haussière. Personne ne veut retrouver cette période de confinement. Il s'agit d'une mesure de prévention pour faire en sorte que l'on puisse continuer à vivre sans nier que c'est une contrainte. Une contrainte qu'il faut savoir supporter parce que c'est l'intérêt général."

De là à reconfiner certaines zones ?"Le président de la République a expliqué que rien n'était exclu. Personne ne le souhaite et c'est la raison pour laquelle on fait passer des messages forts." 

Les stocks 

Denis Olagnon a expliqué que pour le moment, le masque ne serait pas distribué gratuitement à toute la population. "Depuis la mise en place du dispositif, les circuits d'approvisionnement se sont normalisés. Nous axons la priorité sur les publics vulnérables qui peuvent avoir des difficultés d'approvisionnement. On a pu livrer 45.000 masques lavables et 96.000 jetables par le biais d'associations. Nous allons renouveler l'expérience."

Le secrétaire général rappelle également que s'il n'est pas obligatoire dans un habitacle fermé, il devient essentiel lors du covoiturage : "Le covoiturage : dans un habitacle fermé on n'impose pas le masque. Mais on a des situations de covoiturage. Et là, _il y a une forte incitation à porter le masque_. On n'est pas sur des groupes qui se côtoient habituellement."

Les contrôles 

Concernant les contrôles la période d'information laissera vite place aux verbalisations : "Il y a eu une période d'information depuis le 4 août pour les bords de Garonne. Il y a eu beaucoup de pédagogie. Il y aura le temps des contrôles à but pédagogique mais ça va être très court. Rapidement, si le port du masque n'est pas respecté on passera à la verbalisation. Ce n'est pas le but en soi mais il faut faire en sorte que chacun se protège. Il y aura une vigilance bien plus marquée sur les secteurs à forte concentration de la ville de Toulouse." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess