Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Qui a réellement besoin d'un test PCR pour revenir d'Espagne ou d'Andorre ?

-
Par , France Bleu Roussillon

Depuis lundi un test PCR négatif est exigé pour toute personne qui arrive en France en provenance de l'espace européen. Dans les faits, le document n'est pas réclamé pour les habitants des Pyrénées-Orientales qui reviennent d'Espagne. Pour l'Andorre seuls les frontaliers très proches sont exemptés.

Le département des Pyrénées-Orientales frontière avec l'Andorre et l'Espagne
Le département des Pyrénées-Orientales frontière avec l'Andorre et l'Espagne © Radio France - Sébastien Berriot

La mesure est entrée en vigueur ce lundi : toutes les personnes qui arrivent sur le sol français en provenance d'un pays membre de l'Union européenne doivent être en mesure de présenter un test PCR négatif. Une amende de 135 euros est prévue pour ceux qui se présenteraient à la frontière sans le document. Comment la mesure est-elle appliquée pour les populations frontalières ? Le texte officiel prévoit que les personnes résidant de part et d'autre de la frontière, sur une distance maximale de 30 kilomètres, n'ont pas l'obligation de fournir un test.

Au retour d'Espagne

Selon les constatations effectuées par France Bleu Roussillon à la frontière franco-espagnole et confirmées de source syndicale policière, une tolérance est accordée pour les personnes résidant dans le bassin de vie autour de la frontière, même au delà des 30 kilomètres autorisés. Les habitants des Pyrénées-Orientales, quel que soit leur commune de résidence, ainsi ne sont pas verbalisés lorsqu'ils reviennent d'Espagne sans test PCR sur eux. Une seule condition : le séjour en Espagne ne doit pas avoir dépassé les 24 heures. Cela intéresse notamment les habitants du département qui continuent d'aller faire leurs courses en Catalogne, même si sur le plan sanitaire cela est fortement déconseillé et interdit d'ailleurs par les autorités catalanes. La même tolérance est aussi accordée pour tous les espagnols résidant dans la Province de Gérone. Ils n'ont pas besoin de test PCR à leur arrivée en France.

Situation particulière du Perthus

Pour les habitants des Pyrénées-Orientales qui se rendent dans la partie espagnole du Perthus (El Limits), la situation est identique. L'absence de test PCR est tolérée au retour. Mais tout autre Français (habitant de l'Aude ou de l'Hérault par exemple) qui va faire ses courses dans les magasins espagnols du Perthus peut être verbalisé en rentrant, s'il n'est pas en mesure de présenter un test PCR. Certes avec le statut particulier du village, partagé entre les deux pays, les automobilistes n'ont pas besoin de passer le poste frontière pour revenir en France. Mais ces personnes peuvent quand même être contrôlées et verbalisées par les gendarmes sur la D900, notamment entre Le Perthus et Le Boulou.

C'est plus strict pour l'Andorre

En Andorre, la règle des 30 kilomètres est appliquée strictement au poste frontière de Porta. Cela signifie que seule une petite partie des habitants des Pyrénées-Orientales peut aller faire ses courses au Pas-de-la-Case sans avoir de test PCR à présenter au retour (toujours à condition de rester moins de 24 heures dans la Principauté). Cela concerne les personnes qui résident dans presque toute la Cerdagne et une partie du Capcir. 

La situation va-t-elle évoluer dans les prochains jours ? Le week-end dernier, la presse andorrane laissait entendre que La Principauté, soucieuse de conserver ses clients français, était en train de négocier avec Paris pour permettre aux touristes français de revenir dans leur pays sans avoir de test PCR à présenter, mais une source officielle française en Andorre a expliqué à France Bleu Roussillon que cette éventualité n'était pas à l'ordre du jour. Une discussion est seulement en cours pour que la France accepte éventuellement de valider des tests antigéniques plus faciles à réaliser.

Le village commercial du Pas-de-la-Case en Andorre
Le village commercial du Pas-de-la-Case en Andorre © Radio France - Sébastien Berriot

Le test peut être réalisé n'importe où

Dans tous les cas, que ce soit à la frontière avec l'Espagne ou l'Andorre, le test PCR à présenter au retour doit dater de moins de 72 heures. Il est exigé pour toutes les personnes âgées de plus de 10 ans. Le test peut avoir été réalisé dans le pays de provenance ou bien en France. Dans le cas où le test ne peut pas être présenté, l'automobiliste peut tout de même entrer sur le territoire français après avoir payé l'amende de 135 euros.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess