Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Rappelez plus tard" : à 74 et 78 ans, ils n'arrivent pas à se faire vacciner

-
Par , France Bleu Maine

Claude a 78 ans, Annie-Claude en a 74 et est diabétique. Depuis des semaines, ce couple du Mans cherche un créneau de vaccination. En vain.

La vaccination ouvre dès ce lundi 12 avril aux plus de 55 ans sans comorbidité. Mais encore faudrait-il que les plus âgés puissent aussi se faire immuniser : au Mans, Claude et Annie-Claude ont bien du mal. Lui a presque 78 ans, elle en a 74 et est diabétique. Le couple coche toutes les cases pour être éligible. D'ailleurs, "on a chacun reçu une lettre de la Sécu en février disant qu'on était éligibles à la vaccination", précise Claude. "Mais quand on les appelle, on ne peut pas les avoir."

Je leur ai téléphoné, ils nous disent : "rappelez plus tard".

Annie-Claude l'assure : depuis le début de l'année, elle a tout essayé. "Entre internet, sante.fr, doctolib, le téléphone... À chaque fois, on dit qu'il faut rappeler, que c'est saturé." Et le couple est connecté : Annie-Claude nous montre son smartphone, et le message qui s'affiche inlassablement sur son écran. "Aucun rendez-vous n'est disponible pour le moment, mais de nombreux créneaux vont être mis en ligne dans les jours à venir", récite-t-elle. "Pourtant les jours passe, et toujours rien." Elle comprend d'autant moins que sa sœur, habitant à Nantes, a pu être rapidement vaccinée.

"On veut reprendre notre vie normale"

Le couple manceau pourrait tenter de prendre rendez-vous dans une autre région, mais ils souhaitent rester près de chez eux. Depuis de longs mois, ils se "cloîtrent" chez eux. Prennent l'ascenseur seuls, sortent le moins possible, portent le masque dès qu'ils sont dehors. La vaccination, ils l'espèrent, leur rendra leur vie d'avant : "On veut reprendre le plus possible notre vie normale", insiste Claude. Les deux retraités participaient activement à des associations : la généalogie pour elle, l'association des usagers de l'hôpital pour lui. "Il n'y a plus rien", souffle Annie-Claude. "Dans mon association, je ne peux plus donner mes cours de généalogie depuis le 1er novembre. C'est pesant, parce qu'on ne sait pas du tout combien de temps ça va durer."

On en a besoin. Même à notre âge, on en a besoin ! On a cette chance de ne pas être en trop mauvaise santé à l'heure actuelle, on a pas envie de rester isolé comme ça.

Annie-Claude et son époux ne sont pas seuls dans cette situation. Dans leur immeuble, ils nous parlent de leur voisine, octogénaire, qui n'a pas non plus réussi à se faire vacciner. Par téléphone, Nicole, autre habitante du Mans, dit avoir toutes les peines du monde à trouver un créneau pour sa tante, âgée de 91 ans. "Depuis 2-3 semaines, on fait le tour des centres de vaccination de la Sarthe, sur internet et par téléphone, et on ne trouve rien. Je trouve ça assez angoissant. Elle, ça lui fait peur, elle m'appelle tous les jours." Au dernier bilan de l'ARS, 69 000 personnes ont reçu une première dose de vaccin en Sarthe, 24 000 ont reçu les deux doses. La Sarthe compte 561 000 habitants.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess