Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Reconfinement : un "soulagement" de voir les écoles rester ouvertes, pour cette famille du Val-de-Marne

-
Par , France Bleu Paris

À Thiais, dans le Val-de-Marne, toute la famille Albert était devant la télé mercredi soir à 20 heures pour suivre l'allocution d'Emmanuel Macron. France Bleu Paris a suivi le discours à leurs côtés, entre "soulagement" de voir les écoles rester ouvertes pendant le reconfinement et peur de l'avenir.

La famille Albert n’a pas été surprise quand le président a annoncé un nouveau confinement.
La famille Albert n’a pas été surprise quand le président a annoncé un nouveau confinement. © Radio France - Bastien Munch

C'est un vrai ouf de soulagement que Matthieu et Lucie lâchent devant leur télévision. La petite famille domiciliée à Thiais, dans le Val-de-Marne, a attentivement suivi les nouvelles mesures de restriction annoncées par Emmanuel Macron mercredi 28 octobre. Et ce qui satisfait les parents, c'est que malgré le reconfinement annoncé, les écoles, collèges et lycées resteront ouverts, contrairement au premier confinement du mois de mars. "Toute notre organisation se jouait là-dessus", admet Matthieu, alors que Lucie confirme que c'était pour eux "le critère le plus attendu".

Je suis vraiment soulagé de pouvoir continuer à travailler

Lors de la première vague, c'est le père de la famille Albert, chauffeur de bus à la RATP, qui avait dû se mettre en chômage partiel pour s'occuper des enfants. Cette fois-ci, plus besoin d'arrêter de travailler. "Je suis vraiment soulagé", continue Matthieu. "Il y a quelques mois, c'était vraiment dur de ne voir personne. Là, je vais pouvoir continuer à travailler, et transporter les gens qui vont au boulot." Matthieu est aussi bien content de ne plus faire l'école à la maison pour ses enfants. "C'est une grande responsabilité, je me demandais sans cesse si je le faisais bien."

Il y en a un revanche qui aurait bien aimé qu'Emmanuel Macron annonce un confinement un peu plus strict, avec à nouveau une fermeture des écoles. Il s'agit de Timothée, 8 ans, qui est en classe de CE2 depuis la rentrée. "À l'école, ça crie beaucoup trop, il y a du bruit partout à la cantine", confie-t-il en pyjama. "Je préférais largement les cours à la maison, y avait moins de stress, je pouvais dormir le matin et j'avais même le droit de regarder la télé après les devoirs !"

L'inquiétude avant Noël

Même si la famille Albert s'attendait à une annonce de reconfinement, tout n'a pas vraiment été anticipé en conséquence. C'est notamment la question des courses qui commence à inquiéter Lucie, infirmière à l'institut Gustave-Roussy, à Villejuif. "J'ai vu que les gens avaient déjà commencé à se ruer dans les supermarchés... C'est ça qui m'inquiète le plus avec ce reconfinement. Les seuls jours de repos où je pourrai aller dans les magasins, les gens auront vidé tous les stocks !"

Matthieu est surtout angoissé par l'évolution de l'épidémie, à l'approche des fêtes de fin d'année. "Noël, je n'ose même pas y penser", avoue-t-il la gorge serrée. "On essaie tous de se dire qu'après ces quatre semaines de reconfinement, le président va alléger le protocole. On espère, parce qu'un Noël confiné serait très dur..." La famille se prépare déjà à annuler les vacances au ski prévues fin décembre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess