Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Reconfinement : nouveau coup dur pour les patrons de bars et de restaurants mosellans

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Après le confinement du mois de mars, les bars et restaurants vont à nouveau devoir fermer leurs portes à partir de jeudi soir. Un nouveau coup dur pour ce secteur qui a déjà beaucoup souffert de la crise.

Au Piaf café, l'ambiance était un peu morose après les annonces du reconfinement.
Au Piaf café, l'ambiance était un peu morose après les annonces du reconfinement. © Radio France - Benjamin Recouvreur

Ils sont au moins une trentaine d'habitués à être venus passer leur "dernière soirée au bistrot". Au Piaf café de Metz, on ne se faisait pas vraiment d'illusion avant les annonces d'Emmanuel Macron. "Je suis venue car je n'aurais jamais pu louper une dernière soirée au comptoir avec les copains", confie Gaëlle, après quelques verres. 

Derrière le comptoir, Jean-Daniel, le patron, sert ses clients, heureux d'être là et de chanter en chœur des chansons de Charles Aznavour. Comme pour oublier que cette soirée sera peut-être la dernière avant plusieurs semaines. Peu après 20h, changement d'ambiance dans le bar. Emmanuel Macron prend la parole et annonce un nouveau confinement jusqu'au 1er décembre. Les bars et les restaurants devront fermer complètement. 

"Encore une fois on doit tout arrêter d'un coup"

C'est un nouveau coup dur pour l'établissement. "Comme la première fois, on apprend ça d'un coup, c'est un peu brutal", réagit Jean-Daniel. "Heureusement, on n'avait pas fait de nouvelles commandes cette semaine. Il nous reste une soirée pour essayer de liquider les stocks". 

Le président a promis des aides mais ça ne réconforte pas le patron. "On attend de voir, la première fois, il fallait avoir au moins 50% de pertes pour avoir les aides, on était à 47%... On devrait tout généraliser au lieu de compter", s'agace-t-il. 

C'est le seul bar de la rue et on va le boucler vendredi. Je trouve ça tellement triste... Les clients reviendront après, mais c'est quand après ? 

Pour les habitués du bar, la nouvelle est aussi difficile à accepter. "C'est dur de se dire que la seule chose qu'on ait le droit de faire c'est de travailler !", lâche Gaëlle. "J'ai l'impression d'être un bout de PIB avec deux jambes, et c'est tout." Florent lui est dépité et s'inquiète pour les professionnels : "J'ai plusieurs copains qui tiennent des bars... Je me demande comment ils vont faire."

Ecoutez - Reportage dans un bar de Metz pendant les annonces du reconfinement

"Un coup de massue" pour les restaurateurs

Du côté des restaurateurs, la déception est forte aussi. "On s'y attendait un peu, mais malgré tout on a du personnel, de la matière première sur les bras et comme d'habitude, on nous prévient 24h avant", s'agace Stéphane Caillard, restaurateur à Metz et président de la branche restaurant de l'Umih 57

C'est un nouveau coup de massue, on a un peu de mal à l'accepter car on a fait tout ce qu'on nous a demandé jusqu'à présent. 

Les restaurants attendent désormais des précisions pour savoir s'ils pourront faire de la livraison par exemple pour continuer leur activité. Sur la fermeture des commerces, le président Emmanuel Macron a précisé que la situation serait réévaluée d'ici quinze jours. 

Ecoutez - Stéphane Caillard, président de la branche restaurant de l'Umih 57

Choix de la station

À venir dansDanssecondess