Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Santé – Sciences

Recours aux médecins intérimaires au centre de soins non programmés de Valognes. A quel coût? demandent les syndicats

mercredi 13 mars 2019 à 7:06 Par Jacqueline Fardel, France Bleu Cotentin

Le médecin qui était en place depuis 3 ans au centre de soins non programmés de Valognes n'a pas renouvelé son contrat. La direction du centre hospitalier public du Cotentin espère trouver une solution rapidement et en attendant a recours à l'intérim Les syndicats eux s'interrogent

La direction de l'hôpital de Cherbourg espère trouver un binôme pour prendre la relève au centre de soins non programmés
La direction de l'hôpital de Cherbourg espère trouver un binôme pour prendre la relève au centre de soins non programmés © Radio France - Jacqueline FARDEL

Valognes, France

Des intérimaires pour assurer les soins...jusqu'à quand ? et à quel coût ? s'interroge la Fédération Autonome de la Fonction Publique Hospitalière. La situation est transitoire rassure la direction du Centre hospitalier public du Cotentin : un médecin doit arriver en avril, pour deux jours par semaine et des négociations sont en cours avec un deuxième médecin sur les trois autres jours de la  semaine. 

3 fois le prix d'un titulaire 

En attendant, c'est effectivement le recours à l'intérim....avec des tarifs négociés autour de 1000 à 1200 euros les 24 heures. Une facture qui au final équivaut à 3 fois le prix d'un titulaire.  La solution est controversée évidemment à l'heure où l'hôpital doit se serrer la ceinture. 

Activité en baisse

Et la situation pèse aussi sur le fonctionnement du centre. Il est resté fermé toutes les vacances scolaires de février. Et ce sera pareil à Pâques. "Les patients s'y perdent" assure Rémi Besselièvre à la tête d'une association de défense du centre hospitalier public du Cotentin. "Les gens ne savent jamais quand c'est ouvert _et finissent par ne plus venir, ne plus se soigne_r".

Côté fréquentation reconnait la direction, elle est en baisse sur toute la seconde partie de 2018.