Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Recul du recours à la pilule, mais pas à la contraception

mercredi 27 septembre 2017 à 10:39 Par Eric Bouvet, France Bleu Armorique

Si les femmes prennent de moins en moins la pilule, le Planning Familial n'observe pas pour autant une baisse du recours à la contraception. Juste un changement de pratiques et d'habitudes.

La pillule, mode contraception moins plébiscité
La pillule, mode contraception moins plébiscité © Maxppp - Jean-Luc Flémal

Bretagne, France

36,5% des femmes ont recours à la pilule

Selon un baromètre établi par des experts en santé publique, les femmes prennent de moins en moins la pilule. Elles étaient 45% à choisir ce mode de contraception en 2010. 36,5% en 2016.

Cette baisse ne veut pas dire pour autant que les femmes recourent moins à la contraception, selon Lydie Poirée.

Des changements d'habitudes de contraception

Cette baisse du recours à la pilule se constate aussi en Bretagne, dans les deux antennes du Planning Familial de Rennes et Saint-Malo, notamment chez les jeunes filles d'une vingtaine d'années.

Soit la pilule ne convient plus à leurs vies affective et sexuelle, soit elles s'interrogent sur la prise d'hormones à long terme. Par ailleurs, la pilule est un mode de contraception certes efficace, mais aussi contraignant, car il oblige à beaucoup de vigilance.

Et puis la pilule est décriée depuis quelques temps. Certaines femmes ont des craintes autour des pilules de 3ème et 4ème génération, soupçonnées de provoquer des thromboses. Il y a eu aussi récemment, le livre "J'arrête la pillule" de Sabrina Debusquat.

Autant de raisons pour lesquelles les femmes se tournent vers d'autres modes de contraception, notamment le dispositif intra utérin (stérilet).

Les jeunes femmes s'interrogent plus sur la contraception - Maxppp
Les jeunes femmes s'interrogent plus sur la contraception © Maxppp - pilule Jean-François Frey

Pas de méfiance, mais un plus grand questionnement

Mais ce n'est pas de la méfiance à l'encontre de la pilule selon Lydie Porée, plutôt des interrogations. Ce qui est intéressant pour la Présidente du Planning familial 35, car ça oblige les femmes à se questionner sur la contraception et à s'informer, notamment sur les réseaux sociaux.

Pas plus d'IVG

Par ailleurs, ce moindre recours à la pilule ne signifie pas pour autant une hausse des IVG (Interruption Volontaire de Grossesse). S'il y a bien eu un petit pic du nombre d'IVG en France en 2013, le nombre s'est stabilisé en 2014.