Santé – Sciences

Rennes : 24 heures d'aquabiking pour lutter contre le cancer du sein

Par Théo Hetsch, France Bleu Armorique dimanche 21 mai 2017 à 10:17

Près de 500 personnes s'étaient inscrites au début des 24 heures d'aquabiking. Les professeurs vont enchaîner toute la nuit.
Près de 500 personnes s'étaient inscrites au début des 24 heures d'aquabiking. Les professeurs vont enchaîner toute la nuit. © Radio France - Théo Hetsch

24 heures de vélo, plus de 500 participants... C'est le défi un peu fou que c'est lancé l'association "Eau de rose". Depuis ce samedi 20 mai à 17h, elle organise 24 heures de cours d'aquabike. Les fonds récoltés serviront à payer des cours d'aquabike pour divertir les malades en cours de traitement.

Dans la piscine, une trentaine de personnes, de tous âges, se dandinent sur le vélo. Mais pour une fois Christelle Morel n'y est pas. Elle est une habituée du club Aqua Wellness. Mais elle est aussi assistante médicale en cancérologie à Saint Grégoire. Et responsable de l'association "Eau de rose" : "Je suis une sportive tardive, il y a un an et demi encore, je ne faisais pas de sport", explique-t-elle, "depuis j'ai découvert que le sport pouvais améliorer la vie, notamment des malades". Selon elle, "toutes les études montrent que les personnes qui font du sport supportent mieux les traitements et les effets secondaires de la chimio-thérapie".

A partir de la rentrée, l'association "eau de rose" espère pouvoir financer deux cours par semaine pour une trentaine de femmes atteinte d'un cancer du sein - Radio France
A partir de la rentrée, l'association "eau de rose" espère pouvoir financer deux cours par semaine pour une trentaine de femmes atteinte d'un cancer du sein © Radio France - Théo Hetsch

Et après l'effort, le réconfort, à l'étage : "on a une coiffeuse, une masseuse et un coin bar, pour prolonger l'aquabike et inciter les gens à rester", explique Christelle. Bref, un bon moment d'évasion. C'est ça aussi le but. Jean-Marc est bénévole au bar : "ma mère a contracté un cancer du sein il y a plusieurs années, elle s'en est sortie mais ça a été dur", raconte-t-il, "elle était trop âgée pour bénéficier de ça, mais effectivement, tout ce qui peut amener un peu de détente aux malades, ça va dans le bon sens".

Avec cette action, Christelle espère pouvoir financer deux cours par semaine pour une trentaine de femmes atteinte d'un cancer du sein. Si vous êtes intéressés, il y a encore des places jusqu'à 17 heures ce dimanche 21 mai. Pour un cours d'une heure, comptez 12 euros (10 euros les cours suivants). L'ensemble des dons est reversé à l'association "eau de rose". L'inscription se fait sur le site Klikego.com