Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

À Rennes, une maison de naissance pour accoucher comme chez soi

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu

Une maison de naissance ouvre ces jours-ci à la clinique mutualiste La Sagesse à Rennes. Dans de pôle physiologique, baptisé "Parent'eizh", ni médecin, ni péridurale. Le seul personnel médical présent: les sages-femmes. Mais en cas de complication, la maternité et le bloc opératoire sont attenants.

Donner la vie le plus naturellement possible
Donner la vie le plus naturellement possible © Maxppp - Frédéric Cirou

Rennes, France

Des maisons de naissance, il en existe déjà en France, en expérimentation, mais pas ou peu dans un cadre hospitalier. En tout cas, c'est une première dans le Grand Ouest. Dans ce nouveau pôle de soins, les femmes accouchent le plus naturellement possible, avec la sage-femme qui les a suivies pendant la grossesse. Sans médecin. Mais en toute sécurité. "Vous êtes très proche d'un domicile mais vous avez la sécurité et la garantie de l'établissement de santé à côté.", insiste le directeur de la clinique La Sagesse, Gwénaël Godin. Bien sûr, pour être admise la maman doit être en bonne santé ainsi que son bébé. Et ne pas attendre de jumeaux. Et ne pas avoir eu de césarienne.

Une chambre pour accoucher - Radio France
Une chambre pour accoucher © Radio France - Brigitte Hug

A parent'eizh, on se croirait plus à l'hôtel qu'à l'hôpital! Les femmes accouchent dans des chambres joliment décorées, dans un univers cocooning. "Tout est fait pour que la future maman se détende, vive en douceur la naissance", explique Christiane David, une des huit sages-femmes dédiée à ce pôle.

Christiane David, sage-femme, détaille le mobilier d'une chambre

C'est un souhait de pouvoir bouger, déambuler, d'être libre de mes mouvements"

Dans les deux chambres donc, pas de table d'accouchement et ses étriers, pas de perfusion et donc pas de péridurale. C'est ce que souhaitaient Cindy Roux et son mari qui attendent leur deuxième enfant. La première naissance, celle de leur fille, a été un peu trop médicalisée à leur goût. "C'est un souhait de ne pas avoir la péridurale, d'avoir un accompagnement autour de la douleur, de pouvoir bouger, déambuler, d'être libre de mes mouvements, des positions où je serai le plus à l'aise.", assure la jeune femme.

Des écharpes de suspension pour pouvoir s'étirer - Radio France
Des écharpes de suspension pour pouvoir s'étirer © Radio France - Brigitte Hug

Et puisqu'il s'agit d'être comme à la maison, les familles et les sages-femmes disposent d'un petit salon équipé d'un canapé, d'une télévision et d'un espace cuisine. Ce projet s'inscrit dans le cadre de la rénovation de l'espace naissance. Un investissement total de 1,2 million d'euros dont 500.000 pour Parent'eizh. La clinique La Sagesse réalise plus de 3.300 naissances. Ce qui en fit la deuxième maternité de Bretagne après le CHU de Rennes.