Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Rétro 2017 : les grands événements de l'actualité en Moselle

RETRO 2017 en Moselle : Greenpeace tire des feux d’artifice dans la centrale nucléaire de Cattenom

-
Par , France Bleu Lorraine Nord
Cattenom, France

Le 12 octobre 2017, nous avons été réveillés par un nouveau coup d'éclat de Greenpeace. Huit militants écologistes ont réussi à s'introduire dans la centrale nucléaire de Cattenom et à y tirer des feux d'artifice, pour dénoncer le manque de sécurité.

Le feu d'artifice des militants de Greenpeace le 12 octobre 2017 à la centrale nucléaire de cattenom.
Le feu d'artifice des militants de Greenpeace le 12 octobre 2017 à la centrale nucléaire de cattenom. © Maxppp -

Il est 5h45 ce 12 octobre 2017, huit minutes plus tôt, des militants de Greenpeace sont parvenus à s’introduire sur le site de la centrale nucléaire de Cattenom. Avant d’être arrêtés par les gendarmes, ils ont eu le temps de tirer des feux d’artifice pour dénoncer le manque de sécurité.

Ces huit militants seront jugés le 3 janvier au tribunal correctionnel de Thionville.

Le responsable de la campagne "nucléaire" chez Greenpeace, Cyrille Cormier considère que rien n’a bougé depuis dans le dispositif de sécurité alors que l’association écologiste a fait, selon lui, la démonstration de la vulnérabilité de la centrale.

D'autres menaces en plus de l'intrusion

Aux yeux de Cyrille Cormier, "il y a un défaut de sécurité, c’est la responsabilité du directeur de la centrale EDF de Cattenom. On ne parle pas uniquement d’intrusion, car il peut y avoir des objets lancés de l’extérieur et qui pourraient endommager les piscines de combustible nucléaire usé. Ou encore, si quelqu’un veut précipiter _un avion de ligne_, la centrale ne résistera pas. Et depuis près de trois ans, des drones survolent les centrales et peuvent embarquer des charges explosives. Et EDF n’a jamais apporté de réponses à ces menaces".

"_Au Luxembourg_, le Premier ministre et la ministre de l’Environnement ont fait part de leur émotion. Mais la seule autorité à avoir réagi en France, c’est l’Autorité de sureté nucléaire qui rejoint notre constat sur la vulnérabilité des piscines de stockage du combustible usé", estime Cyrille Cormier.

Selon EDF et la préfecture de Moselle, les militants de Greenpeace n'ont approché "aucune partie sensible du site, et le dispositif de surveillance a parfaitement fonctionné".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess