Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rezé : "J'ai tellement hâte de pouvoir prendre ma mère dans mes bras"

-
Par , France Bleu Loire Océan

A la résidence du Clos de l'Île Macé, près de Nantes, le déconfinement se fait avec prudence. Les plaques de plexiglas sont retirés à partir de ce vendredi, mais les distances physiques sont maintenues. Depuis trois semaines, Véronique revient voir sa mère de 72 ans, toujours sur rendez-vous.

Véronique est venue rendre visite à sa maman avec sa cousine, Sophie
Véronique est venue rendre visite à sa maman avec sa cousine, Sophie © Radio France - Typhaine Morin

"Il faut faire les choses petit à petit, il faut l'accepter", estime Véronique, venue voir sa maman de 72 ans qui réside dans l'Ehpad du Clos de l'Île Macé, à Rezé, près de Nantes. A partir de ce vendredi, les "bavardoirs", ces espaces mis en place avec des plaques en plexiglas pour permettre aux familles de voir leurs aînés, vont disparaître. "Mais la distance physique et les gestes barrières sont bien sûr maintenus", explique Guillaume Pavageau, le directeur de cet établissement de 96 résidents. "Les enfants vont pouvoir venir, poursuit-il, à condition qu'ils portent des masques, mais les visites sont toujours organisées sur rendez-vous, y compris dans le jardin". 

Le regard, le toucher, les câlins

Aucun cas de Covid n'a été recensé dans cet Ehpad, et le confinement a été strict. Véronique n'a pas pu voir sa mère, atteinte de la maladie d'Alzheimer, que par téléphone ou par visioconférence. Lorsqu'elle a pu lui rendre visite après le confinement, elle a été "très émue" de la revoir. Ce jeudi, elle a rendu visite à sa mère avec sa cousine, Sophie. "Le contact manque, confie-t-elle. Comme ma tante a Alzheimer, elle ne parle plus, elle ne répond que par oui ou par non. Du coup on passait beaucoup par le regard, le contact, les mains, les câlins. Et ce contact m'a beaucoup manqué. Là je reviens, et la première chose qu'a fait ma tante c'est de me tendre les mains pour me toucher, mais on ne peut pas", raconte Sophie. "J'ai hâte de pouvoir revenir et de pouvoir la toucher !"

"Il faut attendre, même si on est impatients"

"Il faut être patient, estime Véronique. Mais les étapes vont quand même relativement rapidement. C'est sûr que quand on pourra se voir de plus près, même s'il faut qu'on garde nos masques, ce ne sera pas compliqué. On l'a fait depuis janvier-février quand il y avait la grippe. Il ne faut pas aller trop vite, il faut faire ce qu'il y a faire pour pouvoir revenir quand on le souhaite", sans rendez-vous. "Je venais trois soirs par semaine pour aider maman à manger par exemple". Et pour un retour à la normale dans de bonnes conditions, "il faut attendre, même si on est impatients". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu