Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"On risquait le burn-out" : un poste d'assistant médical créé à Valençay pour soulager et aider un médecin

-
Par , France Bleu Berry, France Bleu

C'est une première dans l'Indre. Une assistante médicale va prendre ses fonctions auprès du docteur Sylvaine Le Liboux. Cette médecin généraliste de Valençay pourra lui confier des tâches administratives pour se concentrer sur l'accueil des patients.

- (photo d'illustration)
- (photo d'illustration) © Maxppp - Luc Nobout/IP3 PRESS

Ce mardi 12 novembre, le docteur Sylvaine Le Liboux se sentira moins seule face à l'afflux de patients. C'est le premier jour de travail de son assistante médicale. Un nouveau métier créé dans le cadre du Plan Santé 2022 du gouvernement. 4.000 postes seront répartis à travers la France, notamment dans les zones rurales. Ces assistants médicaux pourront décharger les médecins de certaines tâches. "Je pense qu'elle fera l'accueil des patients, elle ouvrira le dossier informatique, elle pourra prendre la tension et le poids, voir si les patients ont bien fait leur prise de sang", détaille Sylvaine Le Liboux. "Ensuite, moi je n'aurai qu'à ausculter les patients, faire un diagnostic et l'ordonnance", ajoute-t-elle.

Soulager la charge de travail des médecins

Rien que pour les tâches administratives, le docteur Le Liboux perd entre six et huit heures chaque semaine. "Quand on doit chercher un spécialiste, on passe un temps fou pour trouver un rendez-vous", témoigne-t-elle. C'est du temps de perdu et beaucoup de fatigue. "Je pense que je ne pourrai pas tenir encore plusieurs mois. Il est temps que l'assistante médicale arrive. Ça fait 25 ans que je fais tout, toute seule", explique le docteur.

"On risquait d'être en burn-out. À un moment donné, il y a des limites, on ne peut pas finir nos journées à 21 ou 22 heures. Il faut aussi penser à la santé du médecin"

Accueillir plus de patients pour faire face à la pénurie médicale

La désertification médicale est un problème particulièrement visible dans l'Indre. À Valençay, la situation est encore plus délicate. En quinze ans, le nombre de médecins est passé de cinq à seulement deux. "Un collègue est récemment parti à la retraite. Depuis, on a une surcharge de travail", explique Sylvaine Le Liboux. Alors, le temps gagné avec l'aide de son assistante médicale, elle veut le mettre à profit pour accueillir plus de patients. "Nous avons des patients âgés. Certains ont plus de 75 ans avec des pathologies chroniques. On ne peut pas les laisser sans médecin traitant", insiste cette médecin généraliste. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu