Santé – Sciences

Risques cardiovasculaires : l'ibuprofène néfaste à très haute dose ?

Par Julie Guesdon, France Bleu lundi 13 avril 2015 à 17:40

Les risques ne sont valables qu'à partir de doses quotidiennes supérieures à 2.400mg par jour

L'agence européenne du médicament a mis en avant ce lundi les risques de la consommation d'ibuprofène à hautes doses. Selon l'étude, sur une période prolongée, ces doses supérieures à 2.400mg augmentent légèrement les risques cardiovasculaires.

L'agence européenne du médicament (EMA) a mis en garde ce lundi contre la surconsommation d'ibuprofène. Dans une étude publiée ce lundi, l'EMA affirme que cet antidouleur et anti inflammatoire, qui figure parmi l'un des médicaments en vente libre les plus utilisés, pourrait accroître légèrement le risque d'infarctus ou d'accident vasculaire cérébral (AVC).

Des risques pour une consommation supérieure à 2.400mg par jour

Cette augmentation ne concerne toutefois que les consommations excessives, c'est-à-dire plus de 2.400 mg par jour (12 gélules de 200mg ou 6 de 400mg). En revanche, aucun risque accru n'a été constaté pour une consommation inférieure à 1.200 mg par jour, c'est-à-dire la grande majorité des patients.

La dose habituelle prescrite chez l'adulte va de 200 à 400 mg trois fois par jour. Mais pour éviter les risques, l'EMA recommande une modification des conseils d'utilisation afin d'alerter sur ce risque. Elle invite également les médecins à évaluer "soigneusement" le risque cardio-vasculaire d'un patient avant toute prescription sur une longue durée de fortes doses d'ibuprofènes.

En 2013, le diclofénac, un antidouleur que l'on trouve notamment dans le Voltarène, avait été mis en avant pour les mêmes risques cardiovasculaires et son utilisation est depuis restreinte chez les patients à risque. Et tout récemment, une étude britannique a relevé des conséquences néfastes du paracétamol sur le cœur et les reins, après l'ingurgitation de fortes doses sur une longue période.

> A lire aussi : Les effets néfastes du paracétamol sont-ils sous-estimés ?