Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Rougeole : l'Indre-et-Loire parmi les 5 départements les plus touchés

mardi 5 mars 2019 à 11:14 Par France Bleu Touraine, France Bleu Touraine

Le virus presque éradiqué de la rougeole revient en France. L'Indre-et-Loire est particulièrement concerné faisant partie des cinq départements les plus touchés par cette maladie selon une étude Santé publique France. Le taux de vaccination est trop faible pour contrer l'épidémie.

Vaccin ROR contre la rougeole, illustration.
Vaccin ROR contre la rougeole, illustration. © Maxppp - PHOTOPQR/LE TELEGRAMME

Indre-et-Loire, France

Le virus presque éradiqué de la rougeole revient en France... Et l'Indre-et-Loire est particulièrement concernée faisant partie des cinq départements les plus touchés par cette maladie selon une étude Santé publique France, avec un cas déclaré par semaine depuis le début de l'année. L'année dernière 78 cas avaient été déclarés dans le département. Cette maladie ultra-contagieuse est en pleine recrudescence car trop peu de tourangeaux se font vacciner, par le nommé "ROR" : ils sont 76% alors qu'il faudrait un taux de vaccination à 96% pour que la maladie puisse être éradiquée.

C'est surtout la génération des jeunes adultes, nés après 1980 qui est la moins bien vaccinée. Aujourd'hui jeunes parents, ils hésitent aussi à vacciner leurs enfants, comme Sébastien qui a deux jeunes garçons : "Ils ont été vaccinés par qu'on nous l'a imposé, alors que nous étions contre le vaccin obligatoire. On n'a pas de réelles connaissances sur les contres-effets, sur les tenants et les aboutissants".

Les fausses informations contre les vaccins relayées sur les réseaux sociaux ont réussi à freiner beaucoup de parents mais pas Gérard, qui lui fait totalement confiance. 

"Il y a des accidents. Néanmoins ils sont quand même mineurs par rapport au reste de ce que l'on encourt si l'on fait pas ses vaccins donc je pense qu'il faut les faire."

Zoha Makaroun-Vermesse, pédiatre et infectiologue au CHRU de Tours explique que ce vaccin n'a pratiquement aucun effet indésirable et protège d'une maladie qui par contre elle, peut être mortelle. "Il est évident qu'en France on a subit pendant des années ce qu'on appelle les "fake news" concernant les vaccins. Il y a eu beaucoup d'idées reçues sur la vaccination en général. C'est ce qui a fait que les gens n'ont pas fait ces vaccins, qui étaient déjà recommandés mais non obligatoires. Ce qui a aussi poussé la législation française à changer et les rendre obligatoires devant la récidive de ces maladies." 

"C'est un vaccin qui a beaucoup de recul maintenant, donc il ne faut pas avoir peur. Par contre il faut avoir peur de la rougeole car c'est une maladie grave, très contagieuse, qui peut provoquer des atteintes sévères soit du poumon, soit du cerveau. Ce n'est pas une maladie bénigne."

Depuis le début de l'épidémie en novembre 2017, la rougeole a fait trois morts en France. L'UNICEF et l'OMS tirent la sonnette d'alarme : notre pays fait partie des 10 pays ayant connu l’augmentation la plus importante du nombre de cas en 2017 et 2018. L'UNICEF rappelle aussi que le vaccin sauve près de 1 million de vies chaque année au cours des deux dernières décennies.