Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Saint-Brévin-les-Pins : les établissements médico-sociaux vont quitter Mindin

jeudi 7 mars 2019 à 19:02 Par Anne Patinec, France Bleu Loire Océan

C'est une page de plus de 150 ans d'histoire qui se tourne à Saint-Brévin-les-Pins: le site de Mindin, situé en bord de Loire, ne devrait plus accueillir de personnes handicapées et personnes âgées d'ici quatre à six ans. Ses quatre établissements vont déménager à cause des risques de submersion.

Quatre établissements sont répartis sur 24 hectares en bord de Loire
Quatre établissements sont répartis sur 24 hectares en bord de Loire © Radio France - Anne Patinec

Saint-Brevin-les-Pins, France

Situé en bord de Loire, c'est le plus gros site d'accueil de personnes handicapées et de personnes âgées en Loire-Atlantique : d'ici quatre à six ans, le site de Mindin à Saint-Brévin-les-Pins ne recevra plus personne. La décision vient d'être prise par l'Agence Régionale de Santé et le Conseil Départemental qui financent les quatre établissements. Plusieurs études ont prouvé que les bâtiments sont trop exposés aux risques littoraux.  Le PPRL ,plan de prévention des risques littoraux, qui vient d'être validé "interdit toute construction neuve et impose des normes drastiques en cas de rénovation en raison des risques de submersions marines et en raison de la population accueillie" expliquent les deux financeurs. 

Une dynamique nouvelle pour les organismes financeurs

Au total, Mindin représente 1200 salariés et un millier de personnes accueillies, adultes et enfants handicapés ainsi que des personnes âgées,. Environ un tiers des personnels et des pensionnaires sont déjà basés sur d'autres sites extérieurs. Les départs devraient se faire progressivement au fil de la construction de nouveaux établissements. Les lieux ne sont pas encore choisis mais il y en aura sûrement dans l'agglomération nantaise car la moitié des pensionnaires en sont originaires. Un EHPAD (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) d'une centaine de places doit prochainement sortir de terre dans le centre de Saint-Brévin.

On aura des unités plus près des centre-bourgs, des transports . Cela permettra aux personnes accueillies de plus prendre part à la vie de la cité, dans des locaux mieux adaptés car à Mindin de nombreux bâtiments sont vétustes et loin du bourg" Claire Tramier vice-présidente du Conseil Départemental de Loire-Atlantique

Le site de Mindin se situe juste au pied du pont de Saint Nazaire ( le pâté de maisons à droite du pont sur la photo= - Aucun(e)
Le site de Mindin se situe juste au pied du pont de Saint Nazaire ( le pâté de maisons à droite du pont sur la photo= -

150 ans d'histoire

Avec ce départ, c'est une page d'histoire de plus de 150 ans qui se tourne . Mindin est tout d'abord un lazaret construit en 1862 où sont mis en quarantaine les passagers qui arrivent par voie maritime et qui sont susceptibles d'être contagieux. Au fil des ans, le site héberge des soldats, se transforme en sanatorium, en colonie de vacances. Depuis plus de 50 ans, il s'est spécialisé dans l'accueil de personnes handicapées et représente le plus grand site du département.  

Avertis de la décision ce jeudi après-midi, les salariés se sont dit "surpris" car ils n'ont pas été associés aux travaux. Beaucoup résident dans le secteur de Saint-Nazaire et ne souhaitent pas partir sur la région nantaise. 

Les salariés sont surpris. On n'est pas habitués à prendre acte de décisions prises d'autorités comme ça. On va mettre le dossier sur la table. On peut explorer l'idée de bâtiments sur pilotis. Et si ce n'est pas possible, on sait qu'il existe des terrains disponibles sur Saint-Brévin. La plupart des agents ne veulent pas partir sur Nantes". Yann Le Foll, délégué Force Ouvrière

Pour l'instant, le sort des 24 hectares qui vont être libérés -situés près du pont de Saint-Nazaire et et bord de Loire- n'est pas encore arrêté