Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À Saint-Denis, l'hôpital Delafontaine recherche des bénévoles pour maintenir les visites aux patients

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris

Le centre hospitalier de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) lance un appel à bénévoles. Il recherche des personnes susceptibles d'encadrer les visites des proches aux patients, tout en faisant respecter les gestes barrières en pleine crise sanitaire.

Sara Piazza, psychologue en unité mobile de soins palliatifs et en réanimation à l'hôpital Delafontaine de Saint-Denis.
Sara Piazza, psychologue en unité mobile de soins palliatifs et en réanimation à l'hôpital Delafontaine de Saint-Denis. © Radio France - Hajera Mohammad

En plein cœur de la troisième vague de Covid-19, l'hôpital Delafontaine de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) a été obligé de durcir à nouveau les conditions de visite des proches de patients. 

Une visite par jour, pendant une heure

Aujourd'hui, la plupart des services autorisent seulement une visite par jour, d'un proche, pendant une heure et par patient. "En temps normal, l'hôpital est un lieu ouvert et il 'n'y a pas de restriction ni en terme de personnes, ni en terme de temps", rappelle Sara Piazza, psychologue dans une unité mobile de soins palliatifs et en réanimation. Elle a aussi fondé le collectif VITAL, composé de professionnels en soins palliatifs, de chercheurs et d'usagers, qui militent pour le "maintien du lien vital" entre les malades et leurs proches et pour "faire cesser les restrictions de visites". 

Maintenir le lien 

"Quand on est à l'hôpital, même si on n'est pas en fin de vie, c'est un moment de vulnérabilité particulier et on a besoin de maintenir le lien avec ses proches. Ces derniers ont besoin aussi de savoir ce qu'il se passe", affirme Sara Piazza. Surtout, à Saint-Denis, certains patients ne maîtrisent pas bien la langue française et ce sont aussi ces proches-là qui peuvent assurer la communication avec les équipes médicales, assure la psychologue.

Sara Piazza ne cache pas non plus la violence ressentie par certains soignants et certaines familles lors de la première vague de l'épidémie, au printemps 2020, quand des malades sont "partis" tout seul, sans la présence d'un proche à leur côté pour leur dire adieu ou leur tenir la main.

"Une visite par jour pendant une heure" - Sara Piazza, psychologue en soins palliatifs et en réanimation à l'hôpital Delafontaine

Hôpital recherche bénévoles 

Alors, un nouveau dispositif a été imaginé à l'hôpital Delafontaine : des bénévoles sont recherchés pour accompagner les familles lors des visites au proche malade, qu'il soit touché par le Covid ou non. Le bénévole, qui devra se rendre disponible un après-midi par semaine si possible, sera chargé de vérifier le bon respect des gestes barrières. "L'idée c'est de privilégier la pédagogie et l'accompagnement pour pouvoir maintenir les visites, c'est à dire : accueillir les visiteurs, leur réexpliquer les règles, la différence par exemple entre l'usage d'un masque chirurgical ou d'un masque FFP2 en fonction des patients qu'ils vont voir", explique Sara Piazza.

Une initiative soutenue par des familles de victimes du Covid

Laurent Frémont est le fondateur du collectif Tenir ta main. Ce Parisien a lui-même perdu son père en novembre dernier, sans avoir pu lui dire adieu. "Il est resté hospitalisé pendant trois semaines dans une clinique d'Aix-en-Provence et il est parti tout seul". Laurent Frémont, qui milite pour que le respect du droit de visite aux patients soit inscrit dans la loi, salue l'idée de "ces bénévoles" imaginée par l'hôpital Delafontaine. "C'est excellent. C'est la preuve que des protocoles existent et celui-là peut servir de modèle, il mériterait d'être généralisé". Le jeune homme déplore qu'aujourd'hui, "chaque direction d'établissement impose ses propres règles en ce qui concerne le droit de visite".

Si vous souhaitez devenir bénévole pour les visites aux patients, vous pouvez contacter la Maison des Usagers de l'hôpital Delafontaine par courriel : mdu-contact@ch-stdenis.fr.

"Privilégier la pédagogie et l'accompagnement"' - Sara Piazza, psychologue en soins palliatifs et en réanimation à l'hôpital Delafontaine

Choix de la station

À venir dansDanssecondess